Publié le 8 Février 2014

Je répète souvent à mes étudiants que les Français adorent la décoration. Pensez-donc, nous avons tant de lettres à la fin des mots que nous ne prononçons pas.  "Petit", le "t" est une décoration, on ne prononce pas... "Petite", ah maintenant vous prononcez le t mais pas le e... Le h bien sûr est un grand problème pour nous, qu'il soit muet et d'origine latine ou grecque ou bien aspiré et d'origine allemande. J'explique à mes étudiants que nous ne savons pas comment le prononcer, il est là juste pour décorer ! Et puis pour les amuser je prononce des mots anglais à la française ; 'Ollywood, 'Arrods, 'Arry Potter, Notting 'ill... Ca les fait bien rire.

D'un autre côté, on rajoute parfois des lettres qui ne servent à rien, juste pour faire une jolie prononciation. Par exemple, on met un t après certains verbes pour aider. Ce t s'appelle le t euphonique : Aime-t-elle le vin ? Qu'a-t-il pensé du film ? Ce t s'utilise avant il/elle/on quand deux voyelles se suivent. On ne l'utilise pas avec les verbes qui se terminent avec un t ou un d : Prend-on le train ou la voiture ?

Certains prudes le trouvent bien pratique car ils évitent ainsi le son "con". Mon dieu, qu'est-ce qu'on deviendrait sans ce t !

N'oubliez pas de mettre un tiret avant et après le t euphonique. Y a-t-il d'autres questions ?

Ah oui ! Ne confondez pas avec le pronom du verbe s'en aller : va-t'en !

Voir les commentaires

Rédigé par Frenchteacher

Publié dans #PRONONCIATION-PHONETIQUE

Repost 0

Publié le 7 Février 2014

  

Vous vous doutez bien que les producteurs et supermarchés rivalisent d'imagination pour tromper nos papilles gustatives. Cependant, nous ne pouvons pas les rendre responsables de tous les maux de la planète. Après tout, le consommateur est de plus en plus difficile. Par exemple, savez-vous qu'on utilise des colorants car la couleur naturelle des aliments ne nous paraît pas "naturelle" ? Ainsi, le jambon est rendu plus rose, le lait plus blanc et le beurre plus jaune. En effet, le beurre est normalement plus foncé l'été du fait d'une présence plus importante de carotène et de chlorophylle dans l'alimentation des vaches. Pour conserver une couleur de beurre identique tout au long de l'année, les industriels ajoutent des colorants afin de ne pas perturber le consommateur ! Il s'agit soit de carotène, soit d'un pigment naturel.

Pareil pour bien des produits à base de fruits dont la couleur naturelle ne nous paraîtrait pas assez naturelle ; les industriels rajoutent des colorants pour que nous puissions y "voir" le goût fraise, mangue, kiwi etc.

On va-t-on, je vous le demande...    

 

Voir les commentaires

Rédigé par Frenchteacher

Publié dans #PETITE PHILOSOPHIE

Repost 0

Publié le 5 Février 2014

On est tous d'accord sur un point : le prof de langues n'est pas un prof comme les autres, il est supposé parler le moins possible en classe. Les étudiants s'appellent d'ailleurs des "apprenants". Ils doivent être actifs dans leur apprentissage et non pas écouter un prof leur réciter tous les verbes irréguliers et règles de grammaire à mémoriser. Partant de ce principe, nous pourrions penser que la lecture d'un texte en classe est une excellente opportunité pour les faire parler. Vous divisez le texte en paragraphes et donnez la parole à tour de rôle à chaque étudiant. Et vous vous frottez les mains en vous disant qu'au moins même les plus timides auront parlé à cette occasion. C'est ce que je me disais au début, jusqu'à ce que je me fasse observer par une inspectrice de l'Alliance Française de Paris alors que j'enseignais à celle de Londres. L'inspectrice nous avait tous réunis pour nous faire part de ses observations. "Le prof doit lire le texte, pas les étudiants !" nous a t-elle expliqué. Et cela m'a soudain paru évident. Tout d'abord, celui qui lit ne comprend pas ce qu'il lit car il se concentre sur sa prononciation et stresse d'avoir toute l'attention de la classe sur lui, enfin les autres ne comprennent pas davantage car la plupart du temps le lecteur massacre le texte. Bref, l'expérience est pénible pour tous. Je me suis donc mise à lire mes textes et tout de suite j'ai apprécié les avantages. En lisant lui-même, le prof peut clarifier le sens du texte et aider à sa compréhension. Il met l'accent sur les mots importants, peut donner rapidement une périphrase après un mot difficile, mimer le vocabulaire nouveau, créer un rythme dans le texte. En deux mots, le prof rend le texte vivant et intéressant. Mes classes sont devenues beaucoup plus agréables depuis que je lis mes textes et je ne complexe plus par rapport au temps de parole du prof. En plus, une fois que vous aurez étudié le texte ensemble, rien ne vous empêche de prendre un paragraphe ou deux et de les faire lire à voix haute, pour travailler la phonétique. C'est ce que je fais avec mes dialogues dont j'ai la transcription. Je fais écouter le dialogue plusieurs fois, on en discute etc et pour terminer je propose à l'étudiant de lire la transcription. D'abord il la lit pour lui même. Parfois je donne des directives ; "faites attention aux verbes au plus-que-parfait", "relevez les pronoms", retrouvez les expressions idiomatiques que nous venons d'étudier" etc. Puis, une fois que le texte est acquis en profondeur, je le fais lire à l'étudiant.

Et voilà une bonne chose de faite !    

Voir les commentaires

Rédigé par Frenchteacher

Publié dans #POUR LES PROFS

Repost 0

Publié le 2 Février 2014

 

Voici un fait divers assez incroyable : un professeur d'histoire, qui était allé en Pologne avec ses étudiants dans le cadre d'un voyage éducatif sur la mémoire, aurait dérobé des objets venant d'Auschwitz :

"Jeudi, à l'aéroport de Cracovie, en Pologne, la douane a trouvé d'étranges objets dans la poche d'un professeur d'histoire de la région lyonnaise. En l'occurrence, des ciseaux et une douille provenant du camp d'extermination d'Auschwitz, rapporte Le Progrès.

«Le professeur a admis que ces objets provenaient du camp», a précisé Urszula Podraza, porte-parole de l'aéroport de Cracovie interrogé par le quotidien.

Selon Jean-Christophe Bidet, inspecteur d'académie adjoint de l'Académie de Lyon, le professeur aurait permis à un élève de ramasser les deux objets après leur découverte sur le sol. «Comme ils étaient poussiéreux, l'enseignant dit les avoir mis dans un mouchoir en papier, puis dans sa poche», a-t-il déclaré au Progrès. Le professeur n'aurait pas eu l'intention de dérober des objets de valeur.

Le vol de ces objets n'en est pas moins un délit. «Selon la loi polonaise, le camp est un espace protégé et il est illégal de s'emparer de quelque objet que ce soit sur le site», précise Urszula Podraza. En cas de vol d'un objet protégé, la peine encourue est de dix ans de prison.

En «l'absence d'intention malveillante», les autorités polonaises ont décidé de laisser le professeur prendre son avion pour la France avec ses élèves.

Le professeur s'est excusé auprès de la présidente du conseil général du Rhône."

Je trouve surprenant que ce professeur ait pu trouver de tels objets traînant sur le sol.

Je suis encore plus surprise que ce professeur ait ramassé ces objets et les ait oubliés dans sa poche, sous prétexte qu'ils étaient poussiéreux...

Dans tous les cas, c'est assez ironique que ce soit un professeur d'histoire qui ait commis ce délit. N'est-il pas le mieux placé pour transmettre le devoir de mémoire ? Et on dit que les jeunes ne respectent pas l'histoire !

Une internaute a suggéré qu'il aurait pu prendre une photo des objets plutôt que les objets eux-mêmes. Mais peut-on prendre des photos dans un camp de concentration ?

Si j'avais été la présidente du conseil général du Rhône, je lui aurais donné 100 lignes à copier sur le devoir de mémoire. Non mais ! 

Voir les commentaires

Rédigé par Frenchteacher

Publié dans #PETITE PHILOSOPHIE

Repost 0

Publié le 31 Janvier 2014

 

Vous aimez les hôtels originaux ? Ou bien préférez-vous des hôtels plus traditionnels ? Ce n'est pas le cas avec l'hôtel que je viens de découvrir sur news.fr :

"De vraies chambres lumineuses et cosy, une grande salle de jeux, des pâtées à la carte et des câlins à volonté: un hôtel "tout confort" pour chats urbains doit ouvrir fin février dans le IXe arrondissement de Paris.

"Comme je ne trouvais pas de solution de garde idéale pour mon chat -entre le bon pote, les parents, la mamie du quartier, la famille d'accueil ou les pensions pour animaux-, j'ai eu l'idée d'ouvrir un hôtel pour les fauves de salon", raconte Gauthier Berdeaux, le futur directeur de l'établissement.

Pour le bien-être des bêtes, cet ex-agent en communication de 32 ans compte accueillir les félins dans son hôtel "Aristide" -du nom de son chat de gouttière- dans une vingtaine de chambres de 4 m2.

 

"Les chambres conçues avec des volumes en 3D seront adaptées aux chats d'appartement. Elles seront enrichies en stimulation avec des mezzanines et plateformes pour qu'ils puissent sauter, grimper, jouer, faire leurs griffes et des longues siestes sur des coussins douillets", explique Gauthier Berdeaux, qui s'est entouré d'architectes et vétérinaires pour son élaborer son projet.

 

Pour se détendre, les chats auront aussi accès plusieurs heures par jour, par petits groupes de deux ou trois, et sous surveillance, à une salle de jeu de 20 m2.

Pas d'étoile à l'hôtel Aristide, juste le confort. "L'établissement doit être aux normes de l'hôtellerie, notamment pour l'hygiène mais le prix doit rester raisonnable", estime-t-il, en promettant "une déco intérieure inspirée des boutique-hôtels", 100% félin-compatible.

 

Pour partir sereins en vacances en laissant minou à l'hôtel, les maîtres devront débourser quelque 25 euros par jour. En plus du propriétaire des lieux, deux assistantes vétérinaires spécialisées prendront soin des pensionnaires sept jours sur sept, 365 jours par an."

 

Qu'en pensez-vous ? C'est ridicule ou c'est une bonne idée ? Pensez-vous que l'on traite trop les animaux comme nos propres enfants ?

Avez-vous des animaux de compagnie ? Aimeriez-vous en avoir ? Que pensez-vous des propriétaires d'animaux exotiques ?


Voir les commentaires

Rédigé par Frenchteacher

Publié dans #POLITIQUE-ECONOMIE-PRESSE

Repost 0

Publié le 29 Janvier 2014

En 2015, les élèves rentreront à l'école en août !

Photo : Getty

J'apprends avec surprise qu'en 2015 les élèves ne rentreront pas en septembre comme d'habitude mais en août ! Je ne le savais pas mais apparemment le calendrier des écoliers est voté trois ans à l'avance. Les syndicats d'enseignants et la fédération des parents d'élèves sont, bien sûr, très mécontents. Pensez donc, les élèves vont rentrer... le 31 août ! Pas possible ! Il faut faire la grève immédiatement !  Heureusement le ministre de l'éducation, Vincent Peillon, s'est dit ouvert à la discussion.

Voir les commentaires

Rédigé par Frenchteacher

Publié dans #POLITIQUE-ECONOMIE-PRESSE

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2014

Pause déjeuner : les Français fous du "jambon-beurre"

Riou/getty Images

Voici un article intéressant que j'ai trouvé sur news.fr 

"Les Français en raffolent. Ils en ont mangé 2 milliards en 2013. Le "jambon-beurre" reste le sandwich favori des Français, selon une étude pour le cabinet Gira.

Ce sandwich classique comptabilise à lui seul 58% de parts du marché soit 4 milliards d'euros de chiffres d'affaire. Mais attention, la concurrence est rude. La restauration rapide se diversifie avec plus de 30 produits couramment mangés à la pause déjeuner : aux sandwiches et hamburgers s'ajoutent les bagels, les sushis ou les pâtes rapides ! De quoi faire pâlir le traditionnel sandwich composé d'une baguette fraîche, de jambon et de beurre.

Pourquoi a-t-il autant de succès ? Peut-être à cause de son prix. Le "jambon-beurre" est un casse-croûte bon marché même si son prix moyen est en hausse à 2,71 euros en 2013 : il a augmenté de 20 centimes en moyenne en trois ans. Un tarif qui peut varier selon les villes. Sachez que le "jambon-beurre" le moins cher de France peut se manger à Douai.

Chaque jour les Français dépensent en moyenne 6,43 euros pour déjeuner. Un poste de dépense qui baisse de 0,75% par rapport à 2012."

Et moi qui pensais que les Français passaient leur temps de déjeuner au restaurant ou à la cantine de leur travail ! Et vous, que mangez-vous à l'heure du déjeuner ? Mangez-vous devant votre ordinateur ? Profitez-vous de la pause déjeuner pour aller à la gym ? Préparez-vous vos repas vous-même ? Combien dépensez-vous pour un déjeuner ?

Voir les commentaires

Rédigé par Frenchteacher

Publié dans #GASTRONOMIE

Repost 0

Publié le 16 Janvier 2014

Ma feuille de verbes au subjonctif

Liste de questions pour parler au subjonctif

Pour mon premier article de l'année, le subjonctif m'est venu à l'esprit car on en a souvent besoin pour formuler nos voeux de bonne année ; que cette année soit une année pleine de joie et de réussite professionnelle, qu'elle vous apporte le succès dans les affaires comme dans votre vie personnelle etc.

Le subjonctif est difficile à enseigner aux anglophones ; il n'existe pas dans leur langue et ils ont en général de terribles souvenir d'école. La première chose à faire est donc de les rassurer. Pour cela, je raconte une anecdote à mes étudiants. Alors que j'étais débutante, j'avais dit à mes étudiants que nous allions étudier le subjonctif la semaine suivante. Ils étaient, bien sûr, tous partis avec un air inquiet. Le jour venu, un étudiant est arrivé avec un air triomphant dans la classe : "ma petite amie m'a dit que les Français n'utilisent pas le subjonctif !" Les autres étudiants ont tout de suite été soulagés, comme s'ils allaient pouvoir éviter la torture. Ils se sont alors tournés vers moi, avec des regards qui me demandaient pourquoi je voulais leur apprendre quelque chose d'inutile. Je n'ai pas suggéré à mon étudiant de dire à sa petite amie de réviser sa grammaire, j'ai plutôt tourné l'incident à mon avantage. "Vous voyez", leur ai-je dit, "le subjonctif ressemble tellement au présent que la plupart des Français ne se rendent pas compte quand ils l'utilisent". Et je leur ai donné des exemples : "il faut que je travaille tard aujourd'hui", "il faut que tu me donnes la clé", "il faut qu'il mange plus de légumes", "il faut absolument que tu regardes ce film", "il faut que je téléphone à Pierre" etc. Et donc, je leur explique qu'après "il faut que", c'est du subjonctif mais les Français n'y pensent pas, c'est tellement naturel. 

Puis je leur explique rapidement que "subjonctif" exprime la subjectivité, quelque chose qui n'est pas réel. "tu regardes le film" est réel mais "il faut que tu regardes le film" est une opinion, une suggestion, donc c'est du subjonctif. C'est l'explication qu'on trouve dans tous les manuels mais je ne l'aime pas parce qu'il suffit de dire "tu dois regarder le film" et il n'y a pas de subjonctif et voilà, l'anglophone est perdu. En plus après il faut leur expliquer que "j'espère que", "je crois que", "je pense que" ne sont pas suivis du subjonctif, alors que, franchement, ce sont sans doute les expressions les plus subjectives qui soient !

Après, je leur donne des exemples de phrases à toutes les personnes. "Qu'est-ce que vous observez ?" "Le i pour nous et vous", répondent-ils. "Voilà, c'est la seule chose à mémoriser. C'est facile le subjonctif, n'est-ce pas ?" Et je leur donne plein de verbes réguliers à transformer : danser = il faut que vous dansier, visiter = il faut que vous visitiez etc.

A ce moment-là, il y a toujours un étudiant qui demande s'il y a des exceptions. C'est qu'ils sont habitués à la liste d'exceptions qui suit une règle ;) Là je fais un grand sourire "Ah oui, bien sûr, mais vous les connaissez, c'est quels verbes à votre avis ?" et tout de suite ils me citent être, avoir, aller, faire... Et j'en reste là pour la première semaine. Je leur dis de bien mémoriser le "i" après nous et vous et si possible d'apprendre les verbes irréguliers principaux. Le reste de la leçon, on fait quelque chose sur la culture française, quelque chose de léger.

La semaine d'après, je ne fais pas non plus toute la leçon sur le subjonctif. Je leur fais juste répéter quelques verbes réguliers. Je leur demande de me donner des exemples de ce qu'ils doivent acheter pendant la semaine, à qui ils doivent téléphoner, où doivent-ils aller etc.

Pour la troisième semaine, je leur explique la structure du subjonctif : on prend "ils" au présent et on ajoute e, es, e, ions, iez, ent. Je leur donne une liste de verbes très fréquents et on pratique ensemble : ils boivent = il faut que je boive, ils écrivent = il faut que j'écrive, ils dorment = il faut que je dorme. Puis je leur demande : "il faut que nous buvions, nous prenions, nous allions...", ça ressemble à quoi ? A l'imparfait, bien sûr". Donc, pour "ils", c'est exactement la même chose au présent et au subjonctif et "nous/vous", c'est comme à l'imparfait. Et je redonne une liste de verbes à transformer, en leur demandant de penser à "ils" au présent. Je finis = que je finisse, je pars = que je parte.

La quatrième semaine, je fais finalement une leçon complète sur le subjonctif. J'utilise un chapitre de la grammaire en dialogues ; "il faut que je fasse un régime ?" Bien sûr, beaucoup de conversation et pas juste sur le subjonctif. Avec ce dialogue on peut comparer la nourriture française et celle de l'apprenant. La femme du dialogue est normande et elle fait allusion au beurre et à la crème fraîche. Les étudiants connaissent-ils les spécialités régionales de la France ? Puis on finit sur "que faut-il manger pour être en bonne santé ?" "Faut-il manger allégé ?" etc.

Un devoir sympa est de demander aux étudiants d'écrire une lettre à un ami français qui voudrait s'installer dans leur pays. Quels conseils peuvent-ils donner pour trouver du travail, se faire des amis, ce qu'il y a à visiter etc.

Les semaines suivantes, je fais un petit dialogue par semaine avec le livre compréhension orale ; il y en a plein. J'utilise plutôt le sujet de conversation du dialogue et je fais un clin d'oeil au subjonctif ; "quels verbes au subjonctif entendez-vous ?" Et je termine la leçon en leur demandant ce qu'il faut qu'ils fassent pendant la semaine ou le week end.

Puis, je fais une pause pendant quelques leçons et après cela j'introduis peu à peu toutes les différentes structures qui utilisent le subjonctif. Compréhension orale 2 est très bien pour cela.

J'espère que cela vous aura donné quelques idées pour vos leçons. N'hésitez pas à me contacter si vous avez des questions.       

Voir les commentaires

Rédigé par Frenchteacher

Publié dans #POUR LES PROFS

Repost 0

Publié le 26 Décembre 2013

J'adore ce film. Il raconte une histoire vraie, qui s'est passée pendant noël 1914. Des soldats français, écossais et allemands sont sortis des tranchées pour faire une trève et célébrer noël ensemble. Ce film est poignant, bien fait et drôle par moments. Il montre bien la stupidité de la guerre et la fraternité qui peut exister là où on ne s'y attend pas.
Lorsque Christian Carion, à l'époque apprenti-cinéaste, a découvert cette anecdote dans un livre, il a immédiatement commencé à préparer un synopsis. Son producteur, réalisant l'ampleur du projet, lui a conseillé de faire un autre premier film. Après le succès du film "Une hirondelle a fait le printemps" (film que je vous recommande aussi !), le réalisateur a fait beaucoup de recherches avant de faire cet excellent film.  
  
La bande annonce :
 
Le début du film :
 
Un superbe extrait :

Voir les commentaires

Rédigé par Frenchteacher

Publié dans #CINÉMA

Repost 0

Publié le 24 Décembre 2013

 

Si vous voulez écouter des chansons traditionnelles de noël, cliquez sur ce lien :

http://en.lyrics-copy.com/chants-de-noel.htm

 

Vous trouverez une liste de chants traditionnels et leur texte.

 

Joyeux Noël à tous !!

 

Voir les commentaires

Rédigé par Frenchteacher

Publié dans #MUSIQUE

Repost 0