Qui doit lire le texte en classe ? (Fle - pour les profs)

Publié le 5 Février 2014

On est tous d'accord sur un point : le prof de langues n'est pas un prof comme les autres, il est supposé parler le moins possible en classe. Les étudiants s'appellent d'ailleurs des "apprenants". Ils doivent être actifs dans leur apprentissage et non pas écouter un prof leur réciter tous les verbes irréguliers et règles de grammaire à mémoriser. Partant de ce principe, nous pourrions penser que la lecture d'un texte en classe est une excellente opportunité pour les faire parler. Vous divisez le texte en paragraphes et donnez la parole à tour de rôle à chaque étudiant. Et vous vous frottez les mains en vous disant qu'au moins même les plus timides auront parlé à cette occasion. C'est ce que je me disais au début, jusqu'à ce que je me fasse observer par une inspectrice de l'Alliance Française de Paris alors que j'enseignais à celle de Londres. L'inspectrice nous avait tous réunis pour nous faire part de ses observations. "Le prof doit lire le texte, pas les étudiants !" nous a t-elle expliqué. Et cela m'a soudain paru évident. Tout d'abord, celui qui lit ne comprend pas ce qu'il lit car il se concentre sur sa prononciation et stresse d'avoir toute l'attention de la classe sur lui, enfin les autres ne comprennent pas davantage car la plupart du temps le lecteur massacre le texte. Bref, l'expérience est pénible pour tous. Je me suis donc mise à lire mes textes et tout de suite j'ai apprécié les avantages. En lisant lui-même, le prof peut clarifier le sens du texte et aider à sa compréhension. Il met l'accent sur les mots importants, peut donner rapidement une périphrase après un mot difficile, mimer le vocabulaire nouveau, créer un rythme dans le texte. En deux mots, le prof rend le texte vivant et intéressant. Mes classes sont devenues beaucoup plus agréables depuis que je lis mes textes et je ne complexe plus par rapport au temps de parole du prof. En plus, une fois que vous aurez étudié le texte ensemble, rien ne vous empêche de prendre un paragraphe ou deux et de les faire lire à voix haute, pour travailler la phonétique. C'est ce que je fais avec mes dialogues dont j'ai la transcription. Je fais écouter le dialogue plusieurs fois, on en discute etc et pour terminer je propose à l'étudiant de lire la transcription. D'abord il la lit pour lui même. Parfois je donne des directives ; "faites attention aux verbes au plus-que-parfait", "relevez les pronoms", retrouvez les expressions idiomatiques que nous venons d'étudier" etc. Puis, une fois que le texte est acquis en profondeur, je le fais lire à l'étudiant.

Et voilà une bonne chose de faite !    

Rédigé par Frenchteacher

Publié dans #POUR LES PROFS

Repost 0
Commenter cet article