Quels manuels utilisez-vous avec vos étudiants ? (pour profs de Fle)

Publié le 25 Novembre 2013

On me demande parfois conseil en ce qui concerne les manuels pédagogiques. Lesquels utilisez-vous ? C'est difficile de donner son opinion car il y a tellement de situations différentes ; groupe ou étudiant privé, quel objectif, quels centres d'intérets, quelle attitude (et connaissances) face à la grammaire, quelle est la langue maternelle de l'apprenant ? Tant de questions !

Aussi, tout ne dépend pas du livre que vous aurez choisi mais plutôt comment vous l'utiliserez. Deux profs peuvent faire une leçon complètement différente avec le même support. De plus, un prof qui débute a tendance à arriver en classe avec une pile de photocopies ; ça rassure, on se dit qu'on ne va pas rester bête devant les étudiants alors que les exercices sont terminés et qu'il reste 15 minutes, le cauchemar ! Mais quelques années d'enseignement plus tard, on a parfois du mal à finir d'exploiter la seule image apportée pour toute la leçon. Rassurez-vous si on vous a collé une méthode que vous détestez, vous pourrez toujours trouver un moyen de l'exploiter.

Une méthode que j'aime beaucoup, c'est Expression Orale. Figurez-vous que je n'ai que le niveau 1 et pourtant je l'utilise même avec des étudiants de niveau plutôt avancé. Cette méthode est truffée d'images que j'adapte au niveau de l'étudiant. J'avoue être assez visuelle dans mon approche. Je trouve qu'avec un texte on peut être bloqué avec le niveau du vocabulaire ou de la grammaire alors que l'image s'adapte beaucoup mieux à l'étudiant. Par exemple, dans ce livre, vous trouverez beaucoup de bandes dessinées. Avec un petit niveau, vous pouvez juste décrire les images avec des phrases très simples, puis augmenter le vocabulaire, dire ce qu'ils ont fait hier et transposer ainsi la B.D au passé, ou faire des hypothèses au futur, au conditionnel... On peut décrire une image à tous les temps ! On peut aussi utiliser le discours indirect. Ainsi, avec une B.D que l'on croirait limitée à un niveau débutant, on peut arriver à des productions comme ; "il lui a demandé si elle voulait aller au cinéma mais elle lui a répondu qu'elle devait travailler."

Durant mes leçons, j'essaie de faire un exercice d'écoute et pour cela j'utilise souvent Compréhension Orale. J'ai les niveaux 1 et 2. J'aime bien les dialogues. Je ne fais pas tous les exercices de chaque dialogue car je les trouve un peu répétitifs. En général, je fais écouter le dialogue, trouver le sujet de conversation, on en discute un peu, puis le livre nous demande de trouver les erreurs par rapport à une image ou quelle(s) image(s) correspond au dialogue, on réécoute le dialogue, il y a des questions de compréhension, puis un aspect grammatical, on réécoute une dernière fois, souvent en lisant la transcription à la fin du livre en faisant attention au point de grammaire, puis on termine sur le sujet de conversation introduit par le dialogue. Bref, une classe bien ficelée juste avec un dialogue ! N'hésitez pas à faire réécouter un dialogue deux ou trois fois à votre étudiant, à faire des pauses et répéter vous même en insistant sur le point à étudier. Quand j'ai débuté, j'étais gênée de faire écouter plusieurs fois un dialogue alors que les étudiants ont besoin de se l'approprier. Ils peuvent lire le dialogue eux-mêmes après l'avoir entendu, pour améliorer leur prononciation. Pour les débutants, j'amène le vocabulaire avant qu'il soit entendu par l'étudiant. Je repère les mots difficiles dans le dialogue, on discute de choses et d'autres et mine de rien j'écris quelques mots au tableau, je fais répéter ces mots aux étudiants. Quand ils écoutent le dialogue, ils ne se trouvent pas surpris ou bloqués par ces mots difficiles et ils ont déjà une petite idée sur le sujet du dialogue, ça les rassure de ne pas partir complètement en territoire inconnu. Pour les étudiants avancés, vous ferez le contraire. Vous trouverez les mots les plus difficiles du dialogue et vous leur demanderez s'ils connaissent tel ou tel mot dans une autre expression.

Un autre livre qui m'accompagne tous les jours est Grammaire en dialogues. J'ai aussi les niveaux 1 et 2 mais je n'ai pas acheté le débutant complet, ce que je ferai peut-être un jour. Pareil, on exploite l'image, on écoute le dialogue, on fait un exercice ensemble et les autres sont à faire en devoir. On finit par de la conversation. Il y a les corrections à la fin du livre. Je ne corrige jamais les devoirs en classe, que ce soit en groupe ou en leçon privée. Les exercices sont supposés répéter ce qui a été étudié en classe ; les étudiants devraient comprendre par eux-mêmes en comparant avec les solutions. S'ils ont une question, ils vous la poseront. Quel ennui de commencer une classe en corrigeant les exercices de la classe passée ! Il n'y a aucun échange entre les étudiants ou le prof/élève. En plus il y aura toujours un étudiant qui vous posera une question sur un détail que vous devrez expliquer, du coup vous parlerez plus que les étudiants. Personnellement, vu que les étudiants n'ont pas beaucoup de temps pour parler en classe, j'ai toujours pensé qu'il était plus important de les faire parler au maximum, corriger les erreurs qui correspondent à ce qu'on est train d'étudier ou qui gênent la compréhension et ne pas passer la classe à faire de la grammaire. Les étudiants apprennent bien plus vite quand ils produisent leurs propres phrases.

Aussi, ces trois livres ont pour objectif un point de grammaire précis pour chaque leçon. Nous l'étudions mais je saisis chaque opportunité pour sortir du contexte de classe et créer une réelle conversation. Si le dessin représente quelqu'un qui boit un café, je demande toujours "et vous, vous aimez le café ? vous en avez bu ce matin ? Posez la question à votre voisin". C'est important d'associer l'étudiant au dialogue, pour susciter son intérêt. Si le dialogue mentionne une ville ou une région de France, je ne manque jamais de demander qui y est allé, ce qu'ils en pensent, s'ils peuvent décrire l'endroit, est-ce qu'il y a un festival ou monument connu etc. Et ainsi on évoque ce qui intéresse nos étudiants ; notre beau pays !

Enfin, j'utilise Taxi comme support de classe avec les étudiants de niveau élémentaire à avancé, pour avoir des sujets thématiques à aborder. J'aurais pu choisir une toute autre méthode. Il se trouve que l'auteur est venu présenter la méthode dans mon école. Je l'ai détestée au début (les chapitres amènent souvent deux points de grammaire qui n'ont rien à voir l'un avec l'autre, comme si on n'en avait pas assez avec un ! Et les exercices sont très scolaires). Les sujets de conversation sont assez intéressants, la méthode moderne et sympa visuellement.  

 

 

Voilà, il y a beaucoup de méthodes. Je pense que c'est bien d'en avoir plusieurs mais surtout d'être à l'aise avec celle qu'on a choisie et de faire parler l'étudiant au maximum. Je ne pense pas avoir la science infuse ni que ma méthode d'enseignement soit la meilleure. J'espère juste avoir apporté de bons conseils.

N'hésitez pas à me contacter si vous avez d'autres questions. Bonne continuation à tous les profs de Fle !     

 

 

 

Rédigé par Frenchteacher

Publié dans #POUR LES PROFS

Repost 0
Commenter cet article