Pari perdu de Sylvain Chomet pour "l'illusionniste" ? (Fle B1 - C1 plus-que-parfait et conditionnel passé)

Publié le 3 Septembre 2010

 

Source image ; http://www.critikat.com/L-Illusionniste.html

 

J'ai oublié de vous dire que, il y a deux semaines, je suis allée voir un dessin animé du réalisateur Sylvain Chomet. Vous savez, celui qui fait des dessins animés presque sans dialogues ? Il a fait "les triplettes de Belleville" et "Belleville rendez-vous".

Comme j'avais entendu dire que c'était génial, j'y suis allée en compagnie d'étudiants cinéphiles, qui n'avaient pas peur de voir un dessin animé presque muet.

Je n'avais pas eu le temps de lire l'histoire avant d'entrer dans la salle. Alors je m'attendais à (s'attendre à = to expect) de très belles images, des personnages bizarres mais attachants (endearing) et une histoire un peu loufoque (crazy, off the wall).

Je me suis trompée (I was mistaken). Pas sur la qualité des images. Oh non ; c'était sublime ! Les paysages écossais et Edinbourg dans les années 50, tout était magnifique. J'ai trouvé que beaucoup de plans étaient beaux comme des aquarelles.

En revanche, les personnages et l'histoire étaient beaucoup plus simples que ce à quoi je m'attendais, ce qui ne m'a pas déplu (déplaire à = to displease), au contraire.

 

Alors, de quoi ça parle, me demandez-vous.

Eh bien c'est l'histoire d'un illusionniste et apparemment cela serait basé sur la propre histoire de Jacques Tati qui aurait fait le tour des music-halls de Paris en début de carrière. On reconnait bien le personnage de Tati, qui s'appelle Tatische dans le film, comme son nom d'origine. Tatische n'a plus beaucoup de succès avec ses petits tours de magie qui n'impressionnent plus le public blasé. Il décide donc d'accepter une invitation à jouer dans un minuscule village d'Ecosse, qui vient tout juste d'accéder à l'électricité. Là, il rencontre un franc succès et aussi une petite fille, Alice, qui s'émerveille devant ses tours, prend sa magie pour de la réalité et le suit jusqu'à Edinbourg quand il poursuit son tour.

 

Ce dessin animé parle donc de la relation entre ce magicien démodé et une petite fille attirée par les lumières.

J'avoue avoir été déçue parce que je voyais cette relation d'une manière très poétique mais, au fil du dessin animé, je me suis rendue compte qu'Alice était plus attirée par les jolis manteaux et les chaussures de luxe que par les lapins qui sortent des chapeaux.  

Mais j'ai passé un bon moment et j'ai surtout apprécié la qualité des images ; je me suis régalée (= I had a feast. Can be used for any truly enjoyable experience, not only food).

 

Maintenant, une petite note. Savez-vous que "l'illusionniste" aurait coûté 13 millions de livres et aurait employé environ 300 personnes ?

Le film est sorti en France dans 84 salles le 16 juin 2010 et aurait rapporté 485 000 euros lors du premier week end. Malheureusement, il a disparu en fin de mois pour laisser place au troisième épisode de "Shrek" qui aurait rapporté 11 millions de dollars dès la première semaine de sa sortie.

Même scénario en Angleterre ; "l'illusionniste" est sorti dans 42 salles en août 2010 et aurait généré 161 900 livres, loin derrière les presque 4 millions du dessin animé "The expendables" dès la première semaine.

 

 

Alors, tout comme Tatische qui n'intéressait plus son public, attiré par la nouvelle mode des stars de Rock n' roll, Chomet lasse t-il les spectateurs avides de grosses productions et de dessins animés en 3D?

 

 

 

 

J'ai l'impression que Chomet avait un combat en créant ce dessin animé au goût d'autrefois. Il voulait nous prouver que nous pouvions toujours aimer le beau travail fait main plutôt que les images d'ordinateur sans émotion.

Hélas, son petit nombre d'entrées montre que les gens amoureux de ce genre de dessins animés se font malheureusement de plus en plus rares.

 

A quand le cinéma uniquement en 3D

et nos films en 2D dans les musées ?

 

 

 

Note sur le conditionnel passé :

-Trouvez les sept verbes au conditionnel passé.

-Qu'exprime le conditionnel passé dans ce texte ? Pourquoi est-il un temps souvent utilisé par les journalistes ?

 

Structure du conditionnel passé :

J'aurais fait, tu aurais pris, il aurait vu, nous aurions compris, vous auriez aimé, ils auraient lu.

Je serais allé(e), tu serais parti(e), il serait resté, nous serions sorti(e)s,

vous seriez retourné(e)(s), elles seraient passées.

Je me serais promené(e), tu te serais réveillé(e), elle se serait levé(e), nous nous serions baigné(e)s, vous vous seriez amusé(e)(s), ils ne se seraient pas ennuyés.

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #CINÉMA

Repost 0
Commenter cet article

Pastel49 08/09/2010 08:58



ton article est empreint d'une juste nostalgie ..


je n'ai jamais entendu parler de ce film, ni vu son afiiche, ni quoi que ce soit ..


la dernière image de ton article est sublime ..


merci d'être à l'affût de ce qui est beau



frenchteacher 08/09/2010 10:59



Oui, c'est dommage que ce dessin animé ne soit pas plus connu. j'ai eu la chance d'avoir une étudiante qui m'a encouragée a aller le voir.


c'est beau d'avoir des réalisateurs artistes. oui, toutes les images du dessins animé sont magnifiques.