les Français veulent plus de sécurité

Publié le 23 Octobre 2009

En ce moment, en France, Il y a un salon (=a fair) sur le thème de la sécurité. Le marché de la sécurité est très important ; il a augmenté (augmenter = to increase) de 25 %l'année dernière! Est-ce que les Francais ont peur de Ben Laden? Le directeur du salon sur la sécurité dit non, ce marché augmente depuis (=since) 20 ans.

LE MARCHÉ de la sécurité ne s'est jamais aussi bien porté : plus de 25 % de croissance l'année dernière en France dans le secteur de l'antiterrorisme, plus de 15 % dans celui de la biométrie, plus de 10 % dans la vidéosurveillance, une croissance globale de 7,2 %. La meilleure preuve ? La bonne santé du Salon Milipol. Sur les 950 exposants présents à partir de demain et jusqu'à vendredi au Bourget, 608 sont étrangers, représentant pas moins de 44 nations. Du gardiennage à la sûreté des aéroports ou à la sécurisation des lieux publics, le champ est vaste et le climat international, entre montée de la délinquance et menace terroriste, des plus porteurs.
  
Les industries du secteur surfent-elles sur la vague de terreur créée par Oussama Ben Laden et ses complices ? Elles ont profité de leur impact, notamment sur l'opinion publique mondiale, mais l'explication semble toutefois un peu simpliste au préfet Alain Rondepierre, ancien directeur de l'équipement de la police nationale et président de Milipol. « Le marché est en réalité en progression permanente depuis vingt ans. Ce qui correspond au début de la montée significative de la délinquance et de la criminalité. Le 11 Septembre n'a donc pas été une inflexion fondamentale. »
 
Reste que les attentats aux États-Unis ont poussé les spécialistes à mettre les bouchées doubles. En soulignant a contrario les faiblesses françaises et européennes. Dès 2002, Washington a ainsi lancé de grands programmes structurants. Plus encore, les États-Unis ont su s'imposer en matière de normes réglementaires et techniques. En clair, ils ont rapidement compris l'intérêt de fixer les règles du jeu dans le plus grand nombre de domaines possibles : le transport aérien, la biométrie, le transport de marchandises et notamment de conteneurs. L'Union européenne s'efforce de résister, comme c'est le cas pour les passeports et les visas.
 
Sur le plan industriel, elle a lancé plusieurs programmes d'aide financière. Treize projets européens sont ainsi en cours de développement dans le cadre de l'« action préparatoire pour la recherche de la sécurité » de la Commission européenne. Réunissant les plus grands noms de l'industrie, ils couvrent aussi bien la protection des infrastructures de transport que la surveillance, « la création d'un tissu européen » ou les « aspects réglementaires ».
 
Et vous, que pensez-vous de la sécurité dans les aéroports, dans les transports publics, dans votre rue?

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #POLITIQUE-ECONOMIE-PRESSE

Repost 0
Commenter cet article