L'expression "faire la grève" (Fle A2 passé composé et imparfait)

Publié le 15 Avril 2010

 

 

 

 

 

 Un jour, un étudiant m'a demandé pourquoi on dit "faire la grève" (=to be on strike). Quelle est l'origine du mot "grève" ? Je ne savais pas !

Voilà pourquoi c'est intéressant d'être professeur de Français ; mes étudiants me posent des questions qui me font réfléchir sur ma culture.

Dans toutes les langues du monde, on utilise tous les jours des expressions et on ne sait pas pourquoi. Je trouve leur histoire fascinante. Pas vous ? 

 

Alors, "faire la grève", qu'est-ce que c'est ? Oui, bien sûr, ça veut dire refuser de travailler pendant une période de temps pour obtenir une augmentation de salaire ou d'autres choses.

 

Mais d'où vient le mot "Grève"?

 

Je me suis rappelé qu'à Paris, la place de l'hôtel de ville s'appelait autrefois la place de Grève. On faisait les exécutions des criminels, très fréquentes malheureusement pendant la Révolution Française avec la guillotine ;

 

 

 

 

Sur ce dessin, on voit un criminel écartelé (=dismembered, quartered) en place de Grève. Ici aussi on brûlait les sorcières (=witches), le bourreau (=executioner) coupait les têtes à la hache (=axe) ou bien pendait (pendre = to hang) les criminels. C'est charmant tout ça

Observez ; il y a quand même (=all the same) beaucoup de spectateurs...

   

 

La place de grève est donc importante pour notre histoire.

Elle s'appelait comme ça parce qu'elle se trouvait à côté de la Seine, à un endroit où le fleuve apportait beaucoup de sable sur la berge (riverbank). Ce sable grossier ressemblait à du gravier (=gravel).

Dans notre langue ancienne, le Gaulois, sable se disait "grava". Voilà pourquoi on a appelé cette place "la place de Grève".

 

 

Mais quelle est la relation entre cette place et les grévistes (=personne en grève) ?

Eh bien c'était là aussi que se réunissaient les ouvriers sans travail, en attendant d'être employés.

Quand les ouvriers se trouvaient en contestation avec les patrons (=boss) au sujet du salaire, ils quittaient leur travail et se rendaient à la place de Grève pour y chercher d'autres patrons. C'est de là qu'est venue l'expression se mettre en grève. L’expression "faire grève" voulait dire "rechercher du travail".

 

C'est très différent ajourd'hui !

L’expression « faire grève » comme on la connait aujourd’hui est apparue au XIX° siècle.

 

Qui est souvent en grève en France ?

Les transports comme par exemple;

La SNCF ;

 

Les compagnies aériennes (en général à noël ou à pâques = easter, bien sûr);

  

 

 

Mais aussi, sont en grève ;

 

Les routiers;

  

 

Les professeurs ;

  

 

Les étudiants ;

  

 

Les ouvriers

 

Les syndicats (=unions) ;

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Poste ;

 

 

Les infirmiers et infirmières (=nurses) ;

  

 

Est-ce que j'ai oublié quelqu'un ?

 

Imaginez mai 68, toute la France était en grève !!

 

 

 

Et vous, est-ce que vous avez participé à une grève ?

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #EXPRESSIONS IDIOMATIQUES

Repost 0
Commenter cet article

lola 18/03/2011 15:53



Bonjour Vanessa,


Pardonne -moi d'avoir été si sèche et donneuse de leçons dans le message précédent - c'est que je fais très rarement des commentaires à part sous le coup de l'émotion, ce qui est sans doute un
gros défaut pour un prof! Avant d'en faire la critique, j'aurais dû saluer ton travail sur les origines de l'expression "faire la grève" qui m'a beaucoup éclairé et m'a inspiré pour élaborer les
prochains cours. Merci de le faire partager à tous!


Cordialement.  Lola



frenchteacher (fle) 24/03/2011 10:19



Merci Lola, bonne continuation.



lola 16/03/2011 15:53



Premièrement, je souhaite signaler que la photo de 68 que tu a publiée pour illustrer  n'est autre que la gigantesque manifestation gaulliste qui a eu lieu au mois de juin. Il ne
s'agit en aucun cas d'une photo du mouvement populaire ouvrier-étudiant.


D'autre part ton approche est intéressante mais tu oublies de mentionner ceci: la France a une culture de la contestation ( révolution française, révolution de 48,  la commune de 1870).


Ton explication commence bien, mais la suite (les caricatures surtout) est un peu cucu car tu ne parle pas du pb qui est le démantèlement du service publique.


Je suis prof de FLE FLS pour des ENA, j'ai enseigné plusieurs années à des étudiants Erasmus et ai aussi fait de l'alpha: j'ai pu constater que les apprenants, toutes classes sociales
confondues, cherchent à comprendre cette tradition de lutte en France et s'intéressent beaucoup à la politique ainsi qu'aux problèmes sociaux car il se passe la même chose dans leur pays
d'origine.


Prends-en de la graine!



frenchteacher (fle) 17/03/2011 23:23



Merci pour ton commentaire Lola, je vais rectifier dès que possible. Ayant étudié de préférence la littérature et l'histoire de l'art, j'avoue que mes
connaissances en histoire sont très limitées. Mais cela intéresse beaucoup nos étudiants et je vais tâcher d'améliorer cet article. Cordialement, Vanessa.