Publié le 31 Juillet 2010

 
Approche-toi petit, écoute-moi gamin,
 Je vais te raconter l'histoire de l'être humain

 




   


Au début y avait rien au début c'était bien
La nature avançait y avait pas de chemin
Puis l'homme a débarqué avec ses gros souliers  
Des coups de pieds dans la gueule pour se faire respecter
Des routes à sens unique qu'il s'est mis à tracer
Les flèches dans la plaine se sont multipliées
Et tous les éléments se sont vus maîtrisés
En 2 temps 3 mouvements l'histoire était pliée
C'est pas demain la veille qu'on fera marche arrière
On a même commencé à polluer les déserts

Il faut que tu respires, et ça c'est rien de le dire
Tu vas pas mourir de rire, et c'est pas rien de le dire

D'ici quelques années on aura bouffé la feuille  
Et tes petits-enfants ils n'auront plus qu'un œil
En plein milieu du front ils te demanderont
Pourquoi toi t'en as deux tu passeras pour un con
Ils te diront comment t'as pu laisser faire ça
T'auras beau te défendre leur expliquer tout bas
C'est pas ma faute à moi, c'est la faute aux anciens
Mais y aura plus personne pour te laver les mains
Tu leur raconteras l'époque où tu pouvais
Manger des fruits dans l'herbe allongé dans les prés
Y avait des animaux partout dans la forêt,
Au début du printemps, les oiseaux revenaient

Il faut que tu respires, et ça c'est rien de le dire
Tu vas pas mourir de rire, et c'est pas rien de le dire
Il faut que tu respires, c'est demain que tout empire
Tu vas pas mourir de rire, et c'est pas rien de le dire

Le pire dans cette histoire c'est qu'on est des esclaves
Quelque part assassin, ici bien incapable
De regarder les arbres sans se sentir coupable
A moitié défroqués, 100% misérables
Alors voilà petit, l'histoire de l'être humain
C'est pas joli joli, et j' connais pas la fin
T'es pas né dans un chou mais plutôt dans un trou
Qu'on remplit tous les jours comme une fosse à purin

Il faut que tu respires
et ça c'est rien de le dire
tu va pas mourir de rire
Et c'est pas rien de le dire
Il faut que tu respires
c'est demain que tout empire
Tu vas pas mourir de rire
et ça c'est rien de le dire
Il faut que tu respires
Il faut que tu respires
Il faut que tu respires
Il faut que tu respires.

  

Come closer, listen to me little boy
I will tell you the story of the human being
In the beginning there was nothing, everything was fine
Nature was going its way and there was no path
Then man came along in his big boots
A few kicks in the face to gain some respect
He started to line out one-way roads
The pinnacles on the plain started to multiply
And all the elements had to witness their domestication
In a blink of an eye history was shaped
It's still going to take a while before we will start to go backwards
We have even started to pollute the desert

You have to breathe, it takes nothing to tell you that
You're not going to die of laughing, this should be said

A few years from now we will be the ones responsible for loosing the game
And our grand-children will have just one eye
And they're going to ask you straight on
Why do you have two of these, you look stupid
They will ask you why did you let alll of this happen
And you will try in vain to explain it them in a low voice
That's not my fault, it's our ancestors' fault
But there will be no one to wash your hands
You will tell them of the time where you could
Eat fruits while lying in the grass nearby
There were animals all over the forest
In the springtime the birds would return

You have to breathe, it takes nothing to tell you that
You're not going to die of laughing, this should be said
You have to breathe because tomorrow everything will be worse
You're not going to die of laughing, this should be said

The worst thing about this is that we are slaves
And also assassins to a certain degree but incapable
To look at the trees without feeling guilty
Partially you have given up on your faith, a hundred percent pitiable
So you see my little one this is the story of the human being
It's not so nice and I don't know how it ends
You weren't born in a cabbage-head (~ you weren't found under a gooseberry bush) rather in a hole
That is filled up everyday like a cesspit.

 

A votre avis, comment sera la planète dans le futur ?

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #MUSIQUE

Repost 0

Publié le 27 Juillet 2010

Voici une chanson bien connue des années 80 ; "J'aurais voulu être un artiste".
J'aime bien l'air mais les paroles sont un peu déprimantes (depressing).
Bien sûr, c'est le conditionnel passé ; ici on exprime des regrets, ce qu'on aurait voulu être (what one wish to have been, given the chance).
  
Le texte ;

 

J'ai du succès dans mes affaires
J'ai du succès dans mes amours
Je change souvent de secrétaire
J'ai mon bureau en haut d'une tour
D'où je vois la ville à l'envers
Et je contrôle mon univers
J'passe la moitié de ma vie en l'air
Entre New York et Singapour
Je voyage toujours en première
J'ai ma résidence secondaire
Dans tous les Hilton de la Terre
J'peux pas supporter la misère

''Au moins es-tu heureux ?''

Je suis pas heureux mais j'en ai l'air
J'ai perdu le sens de l'humour
Et puis j'ai le sens des affaires
J'ai réussi et j'en suis fier
Au fond je n'ai qu'un seul regret
J'sais pas ce que j'aurais voulu faire

''Fais ce que tu veux mon vieux
Dans la vie on fait ce qu'on peut, pas ce qu'on veut''

J'aurais voulu être un artiste !!
Pour pouvoir faire mon numéro !!
Quand l'avion se pose sur la piste !!
A Rotterdam ou à Rio !!
J'aurais voulu être un chanteur !!
Pour pouvoir crier qui je suis !!
J'aurais voulu être un auteur !!
Pour pouvoir inventer ma vie !!
Pour pouvoir inventer ma vie !!

J'aurais voulu être un acteur !!
Pour tous les jours changer de peau !!
Et pouvoir me trouver beau !!
Sur un grand écran en couleurs !!
Sur un grand écran en couleurs !!

J'aurais voulu être un artiste !!
Pour avoir le monde à refaire !!
Pour pouvoir être un anarchiste !!
Et vivre comme un millionnaire !!
Et vivre comme un millionnaire !!

J'aurais voulu être un artiste !!!!!
Hhhmmmmmmmmmmmm !!!!!!
Afin de vivre, à fin de mots !!!
Pour pouvoir dire pourquoi j'exiiiiiiiste !!!!!!


 

 
Une version de Marion Ollivier, avec les sous-titres ;
 

 

Et voici la version originale;

 

Que pensez-vous de cette chanson et de ses paroles ?

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #GRAMMAIRE-VOCABULAIRE

Repost 0

Publié le 23 Juillet 2010

J'adore le film Amélie.
J'ai vu (I saw) ce film 3 fois (times) au cinéma et beaucoup de fois en dvd.
J'adore la musique, Paris, l'histoire, les personnages... C'est mon film préféré ! 
 
Regardez le film après la troisième minute.
Le film présente le père d'Amélie et la mère d'Amélie.
Qu'est-ce qu'ils aiment, qu'est-ce qu'ils n'aiment pas ?
Et vous ? Qu'est-ce que vous aimez ? Qu'est-ce que vous n'aimez pas?
Quelle est votre opinion du film Amélie ? Vous connaissez ce film ?
Quels films français connaissez-vous ?
Quels acteurs et actrices préférez-vous ?
Vous avez aimé ?

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #CINÉMA

Repost 0

Publié le 13 Juillet 2010



Aujourd'hui, c'est notre fête nationale en France. Nous célébrons la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 et le début (beginning) de la Révolution ! Il y a des défilés militaires et des feux d'artifice (fireworks) partout (everywhere) en France.
Connaissez vous notre hymne national? Personnellement, je l'adore mais beaucoup de personnes disent que c'est violent.

Quelle est votre opinion ; c'est nécessaire de changer les paroles (= le texte) de notre hymne national ?

Allons enfants de la Patrie
Le jour de gloire est arrivé
Contre nous de la tyrannie
L'étendard sanglant est levé (bis)
Entendez vous dans les campagnes mugir ces féroces soldats
Ils viennent jusque dans vos bras, égorger vos fils, vos compagnes
Aux armes citoyens ! Formez vos bataillons !
Marchons, marchons, qu'un sang impur abreuve nos sillons


Que veut cette horde d'esclaves
De traîtres, de Rois conjurés ?
Pour qui ces ignobles entraves,
Ces fers dès longtemps préparés ? (bis)
Français ! pour nous, ah ! quel outrage !
Quels transports il doit exciter !
C'est nous qu'on ose méditer
De rendre à I 'antique esclavage !

Quoi ! des cohortes étrangères
Feraient la loi dans nos foyers !
Quoi ! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fiers guerriers (bis)
Grand Dieu ! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient I
De viIs despotes deviendraient
Les maîtres de nos destinées !

Tremblez, tyrans ! et vous, perfides,
L'opprobe de tous les partis,
Tremblez ! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leur prix (bis).
Tout est soldat pour vous combattre,
S'ils tombent, nos jeunes héros,
La terre en produit de nouveaux
Contre vous tout prêts à se battre

Français ! en guerriers magnanimes
Portez ou retenez vos coups.
Epargnez ces tristes victimes
A regret s'armant contre nous (bis).
Mais le despote sanguinaire,
Mais les complices de Bouillé,
Tous ces tigres qui sans pitié
Déchirent le sein de leur mère

Nous entrerons dans la carrière,
Quand nos aînés n'y seront plus
Nous y trouverons leur poussière
Et les traces de leurs vertus. (bis)
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil,
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre.

Amour sacré de la Patrie
Conduis, soutiens nos bras vengeurs !
Liberté, Liberté chérie !
Combats avec tes défenseurs (bis).
Sous nos drapeaux, que la victoire
Accoure à tes mâles accents,
Que tes ennemis expirant
Voient ton triomphe et notre gloire 

La traduction en anglais;
Arise children of the fatherland
The day of glory has arrived
Against us tyranny's
Bloody standard is raised
Listen to the sound in the fields
The howling of these fearsome soldiers
They are coming into our midst
To cut the throats of your sons and consorts

 To arms citizens
Form your battalions
March, march
Let impure blood
Water our furrows

 What do they want this horde of slaves
Of traitors and conspiratorial kings?
For whom these vile chains
These long-prepared irons?
Frenchmen, for us, ah! What outrage
What methods must be taken?
It is us they dare plan
To return to the old slavery!

 What! These foreign cohorts!
They would make laws in our courts!
What! These mercenary phalanxes
Would cut down our warrior sons
Good Lord! By chained hands
Our brow would yield under the yoke
The vile despots would have themselves be
The masters of destiny

 Tremble, tyrants and traitors
The shame of all good men
Tremble! Your parricidal schemes
Will receive their just reward
Against you we are all soldiers
If they fall, our young heros
France will bear new ones
Ready to join the fight against you

 Frenchmen, as magnanimous warriors
Bear or hold back your blows
Spare these sad victims
That they regret taking up arms against us
But not these bloody despots
These accomplices of Bouillé
All these tigers who pitilessly
Ripped out their mothers' wombs

We shall enter into the pit
When our elders will no longer be there
There we shall find their ashes
And the mark of their virtues
We are much less jealous of surviving them
Than of sharing their coffins
We shall have the sublime pride
Of avenging or joining them

 Drive on sacred patriotism
Support our avenging arms
Liberty, cherished liberty
Join the struggle with your defenders
Under our flags, let victory
Hurry to your manly tone
So that in death your enemies
See your triumph and our glory!


C'était un petit exemple des feux d'artifice en France pour le 14 juillet...

Sans oublier les immanquables défilés qui m'ennuyaient beaucoup à la télé ...

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #HISTOIRE ET TRADITIONS

Repost 0

Publié le 10 Juillet 2010

     

Reconnaissez-vous ces célébrités Françaises ?

J'aime beaucoup lire le magazine "Psychologies". J'y trouve toujours des articles intéressants. Le mois dernier, j'ai lu l'édito. En général, je ne lis pas l'édito. Je pense que c'est ennuyeux. Mais cette fois-ci, je l'ai trouvé passionnant.

Alors, je suis allee sur Internet pour retrouver cet article et le partager avec vous. Je vous recommande de visiter le site www.psychologies.com

Mon programme, le bonheur

Auteur ; Jean-Louis Servan-Schreiber

« Les citoyens des pays occidentaux, depuis cinquante ans, sont devenus plus riches, travaillent bien moins, ont de plus longues vacances, voyagent davantage, vivent plus vieux et sont en meilleure santé. Mais, pour autant, ils ne sont pas plus heureux. »

- Que pensez-vous de ce commentaire ?

- A votre avis, pourquoi les gens des pays occidentaux ne sont pas heureux ?

 

L’auteur de ces lignes, Richard Layard, est économiste et suggère dans ses cours et ses livres que les politiciens se trompent (se tromper = to be mistaken) d’objectif dans leur programme. Ils prônent (prôner = to advocate) le développement, le progrès du produit national brut et des indices de niveau de vie, qui ne sont que des indices de consommation.

- Selon Richard Layard, quelle erreur font les politiciens ?

 

Or (and yet), les réponses aux questions sur le bonheur ressenti dans les différents pays montrent qu’au-delà de douze mille euros de PNB par habitant -la France en est environ au triple-, la proportion de ceux qui se disent heureux n’augmente presque plus. Autrement dit, on s’évertue (s'évertuer = to do one's utmost to do something), avec succès d’ailleurs, à augmenter des revenus, quantifiables, sans se préoccuper du bonheur, qui ne l’est pas. Les essais d’indices du bonheur national brut prennent en compte d’autres éléments matériels.

- Selon les statistiques, le bonheur est-il dû seulement à l'argent ?

 

Richard Layard pose une question simple : « Préférez-vous être plus heureux, ou seulement plus riche ? »

Bien sûr que l’un n’empêche (empêcher = to prevent) pas l’autre, mais le but de l’action politique, le rôle des États ne devraient-ils pas être d’accroître (to increase) le bonheur des citoyens ? Au lieu de cela, l’objectif semble être de permettre aux individus de satisfaire leurs envies, par l’achat de produits ou services, bref, de consommer. Comme ces parents qui, faute de pouvoir consacrer du temps ou de l’attention à leurs enfants, croient compenser en les couvrant de présents.

- Selon Richard Layard, l'objectif des gouvernements n'est pas de rendre les citoyens heureux. Quel est leur objectif ?

 

Le bonheur est relatif, pas mesurable. On n’est jamais aussi heureux d’être vivant que lorsque l’on vient d’échapper à un accident grave. De la même manière, on a beau (avoir beau + verbe = to try doing something without getting results) vivre dans le confort, le spectacle trop proche du luxe ostentatoire des autres suffit à mécontenter ceux qui en sont témoins. Faut-il s’étonner que dans une période de stagnation, certes à un niveau élevé, l’annonce de ces bonus « obscènes », selon l’expression du président américain Barack Obama, fasse râler (to groan) tous ceux qui n’ont qu’un salaire normal ?

- Pourquoi les gens qui vivent une vie confortable ne sont jamais satisfaits ?

 

Une politique du bonheur viserait (viser = to aim at) en priorité à réduire les inégalités, ce que pratiquent depuis longtemps les pays scandinaves.

Dans cette phase historique où l’argent manque, on pourrait démontrer que le bonheur n’est pas hors de prix (out of price). Malgré (despite) l’approche d’échéances électorales, constatons qu’aucun parti ne l’a pourtant mis à son programme.

- Pourquoi les gens qui vivent dans les pays scandinaves sont heureux ?

 

- Selon vous, serions-nous plus heureux si tous les salaires étaient plus égaux ?

 

- Les gouvernements devraient-ils inclure la recherche du bonheur de leurs citoyens dans leur programme ou est-ce chose impossible ?

 

- Que feriez-vous si vous deveniez soudainement millionaire ? 

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #PETITE PHILOSOPHIE

Repost 0

Publié le 8 Juillet 2010

 

Les Français sont bien connus pour philosopher. Je n'ai pas encore (not yet) parlé de philosophie dans mon blog. Quelle erreur ! La philo, ça fait partie de l'identité française, des (from the) grands philosophes célèbres jusqu'à (up to) nos petits cafés philo où tout le monde (everybody) peut venir discuter sur une question particulière.

 

Alors voila mon premier article "philo". Un tableau (painting) de Gauguin, que j'aime beaucoup, qui s'appelle "D'où venons nous ? Que sommes nous ? Où allons nous ?"

Oh là là, que de grandes questions !

 

Que vous inspire ce tableau ?

(what does this painting make you think about?)

Pensez-vous parfois à ces 3 grandes questions ?

Pensez-vous que la philosophie est une perte de temps ? 

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #PETITE PHILOSOPHIE

Repost 0