Publié le 30 Mai 2010

 

Source dessin; link

 

La fête des Mères est-elle une fête récente ? Certaines personnes pensent que, en France, c'est le général Pétain qui l'a créee pour promouvoir la natalité.

En fait, elle existe depuis très longtemps. Depuis l'Antiquité. Eh oui, dans la Grèce antique, il y avait une célébration en l'honneur de Rhéa -ou parfois appelée Cybèle- la grand-mère de tous les dieux. Cette cérémonie était au printemps.

 

Au XVème siècle, les Anglais ont commencé a célébrer le "Mothering Day" et en 1908, les Etats-Unis ont crée la fête que nous connaissons aujourd'hui.

En France, c'est la ville de Lyon qui a crée la fête des Mères , en hommage aux mères et aux épouses qui ont perdu leurs fils et leur mari pendant la Premiere Guerre mondiale.

A partir de 1920, on a célébré la fête des Mères de familles nombreuses et le gouvernement a officialisé la journée des mères en 1929.

 

Et c'est vrai, le gouvernement de Vichy, en 1941, a fait la propagande de la fête des Mères pour sa politique nataliste.

 

Source affiche ; link

 

Pourquoi la date change ? En général, on fête la fête des Mères le dernier dimanche de mai, mais si cette date coïncide avec la Pentecôte, alors elle est repoussée (postponed) au premier dimanche de juin.

 

La majorité des pays célèbre fête des Mères en mai.

 

Et vous, avez-vous offert quelque chose à votre maman ?

Source photo ;link

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #HISTOIRE ET TRADITIONS

Repost 0

Publié le 28 Mai 2010

Photo de Nadar en 1899.  

Claude Monet par Nadar en 1899

 

Claude Monet est le père de l'Impressionnisme.

 

Il est né à Paris le 14 Novembre 1840 mais il a déménagé en Normandie vers 1845.

 

Petite réflexion (a little thought) ; l'influence de la région où habite un peintre sur sa peinture. Vous connaissez la Normandie ; la pluie, les nuages, la mer agitée, la campagne verte ? Si Monet avait grandi en Provence, comment aurait-il peint ?

 

  

 

  

 

Voilà quelques tableaux d'Eugène Boudin, un autre peintre normand. Boudin adorait peindre en plein air, ce qui n'était pas typique à l'époque. Monet a commencé à peindre avec lui.

 

Eugène Boudin,

    

 

  

Après son service militaire en Algérie (1860-1861), Monet a recommencé à travailler en Normandie avec Boudin et le peintre Hollandais Jongkind. Monet a dit que ce peintre a eu une influence énorme sur sa peinture, il a dit que c'était son maître.

 

Jongkind (1819-1991) ;

 

     

 

  

Monet est retourné à Paris pour étudier sérieusement la peinture à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris et a rencontré Bazille , Renoir et Sisley.

Dans les années 1860, ces jeunes artistes allaient au Café Guerbois, un endroit qu'aimaient aussi Emile Zola et Edouard Manet.

 

A l'époque, les artistes peintres avaient besoin des expositions pour se faire connaitre (to be known), pour trouver des acheteurs pour leurs peintures. L'exposition la plus importante était "Le Salon de Paris".

A partir de 1863, il y a eu un Salon tous les ans. Les oeuvres (piece of art) étaient selectionnées par un jury composé de membres de l'Académie des Beaux-Arts et de précédents médaillés du Salon.

Ce jury aimait la peinture classique de Gérome et Cabanel ;

    

 

Le groupe de Monet choquait le public. Leurs peintures n'étaient pas acceptées par la société et elles étaient exposées au "Salon des Refusés" (mon article L'impressionnisme ; de l'avant-garde au classique ). Je recommande de lire un livre d'Emile Zola, L'oeuvre, qui explique bien la passion qui anime les artistes, leur pauvreté et l'incompréhension du public.

 

Degas, Caillebotte et Bazille étaient des peintres issus de familles riches. Mais pour Monet et les autres peintres, la misère a commencé. Quand on pense à combien se vendent leurs tableaux aujourd'hui (when one thinks how much theirs paintings are worth today) !

 

En 1869, Monet a peint avec Renoir une série de tableaux qui montraient (montrer = to show) le début d'un nouveau style.

    

 

Cinq ans plus tard, ce style s'appelait "Impressionnisme".

 

Pendant la guerre Franco-Prussienne de 1870-71 et la courte guerre civile qui suivit (which followed), la Commune, Monet a habité à Londres.

J'adore ces peintures ;

      

 

Monet a commencé à peindre en série. Il aimait étudier les différentes impressions du soleil pendant la journée.

 

En 1874, dans une atmosphère de plus en plus hostile de la part des milieux officiels, Monet et ses amis ont formé un groupe et ont exposé dans leur propre salon pour la première fois. L'une des oeuvres de Monet était "Impression, soleil levant" et a donné son nom au mouvement impressionniste ;

 

 

 

Le style Impressionniste a commencé petit à petit à être accepté par le public mais peu de personnes achetaient les peintures. Monet était très pauvre. Il a décidé d'habiter dans des endroits moins chers. Il a déménagé plusieurs fois avant d'arriver à Giverny en 1883, où il est resté jusqu'à sa mort.

 

A la fin des années 1880, ses oeuvres ont commencé à attirer l'attention du public et des critiques. Sa fortune a commencé.

  

Il a peint la série des meules de foin pendant deux ans ; soleil, temps gris, brouillard (mist), neige (snow)... ;

    

 

Puis il a peint 18 peintures de la Cathédrale de Rouen ;

 

        

 

Monet a habité pendant plus de quarante ans à Giverny ou il a crée un jardin très célèbre ;

    Photographe ; Spedona     Source photo ; link 

 

 

En 1899, Monet a commencé à étudier son dernier sujet ; les nymphéas (waterlillies) ;

   

 

Monet a laissé une oeuvre considérable -plus de 2000 oeuvres répertoriées-.

C'est un peintre que l'on considère aujourd'hui comme classique, mais qui en fait a passé sa vie à poursuivre une théorie que ses contemporains ne comprenaient pas.

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #ART-MODE

Repost 0

Publié le 28 Mai 2010

Claude Monet, image dans le domaine public.

 

L'impressionnisme est très célèbre aujourd'hui. C'est la période préférée du public.

Je pense que beaucoup de gens (people) aiment l'impressionnisme parce que les peintures sont agréables à regarder, on aime ses couleurs fraîches (fresh) et vives (lively), on aime ses beaux portraits, ses paysages (landscapes), ses ambiances de fête (party). L'Impressionnisme montre (montrer = to show) la beauté de la nature, la lumière (light) et, toujours, des moments heureux. Ah, l'impressionnisme, c'est joli, c'est gai, c'est bien peint (well painted) mais avec un style intéressant, pas un style trop ennuyeux (too boring) comme (like) les peintures classiques des vieux musées.

 

Mais est-ce que vous savez qu'avant l'impressionnisme n'était pas accepté par la société ? Oui, vous avez bien lu ! Les peintres Impressionnistes étaient très pauvres, personne n'achetait leurs peintures, excepté des marchands d'art qui comprenaient l'importance de ce nouveau style.

Les gens pensaient que ces peintures n'étaient pas bien peintes, elles étaient mal finies (badly finished), ils considéraient que c'étaient des "brouillons" (drafts) ! Les expositions des peintres Impressionnistes faisaient scandale. Le style était révolutionnaire. Ils ne respectaient pas du tout la peinture classique.

Les Impressionnistes, des peintres révolutionnaires ??

 

 

Napoléon III (1808-1873), austérité et société bien pensante

 

Napoléon III est le dernier monarque francais et le premier président de la république francaise. Il a été élu (he was elected) le 10 décembre 1848 avec 75% de votes. Il est bien connu parce qu'il a transformé -ou organisé- Paris avec Haussman.

Napoléon III n'était pas très populaire. Victor Hugo le détestait et l'appelait "Napoleon le petit".

Mais les historiens pensent qu'il a crée un développement industriel, économique et financier considérable. C'est l'époque de la création des grands magasins ; Printemps, la Samaritaine et le Bon Marché. Ah oui, Haussman et le Printemps, je connais bien.

 

C'est aussi l'époque des procès (trial) de Baudelaire et Flaubert pour leur littérature qui choquait la société bien pensante.

Napoléon III était l'ennemi des impressionnistes. Il aimait un art académique, très très classique. Chaque année, il y avait un salon officiel où ses peintres préférés pouvaient exposer leurs peintures.

 

Regardez quelques peintures de ces peintres académiques, que les historiens d'Art appellent "Art Pompier" et vous allez comprendre pourquoi l'Impressionnisme, à l'époque, choquait les spectateurs.

 

 

L'art académique, dit "pompier"

 

Pourquoi "pompier"? Peut-être pour se moquer des casques (helmet) des soldats, très bien peints et qui ressemblent aux casques des pompiers (fire brigade). C'est un bon nom pour ce type de peinture, je pense. Ca me fait penser à un style "pompeux".

 

Les peintres académiques étudiaient l'art dans des écoles académiques. Voici leurs règles (here the rules) ;

La ligne était plus importante que la couleur (line is more important than color),

Le thème devait être important ou sérieux ; histoire, mythologie, politique etc.

La composition du tableau  devait être bien travaillée,

Le tableau devait être fini. Pour cela, les artistes travaillaient pendant des heures dans des ateliers (workshops), avec une lumière artificielle, loin de la nature.

C'était important de bien connaitre les peintres classiques.

 

Et voilà le résultat ;

 

Fichier:Thomas Couture 003.jpg

 Couture, Les romains de la décadence, 1847

 

Fichier:1863 Alexandre Cabanel - The Birth of Venus.jpg

Cabanel, La naissance de Vénus 1863 

 

Fichier:William-Adolphe Bouguereau (1825-1905) - The Birth of Venus (1879).jpg

Bouguereau, La naissance de Vénus, 1879  

 

  Fichier:Jean-Leon Gerome Pollice Verso.jpg

  Gérome, Pollice verso, 1872  

 

Et maintenant, imaginez la réaction du public devant ces peintures impressionnistes, de la même époque que les peintures académiques ;

 

Fichier:Claude Monet, Impression, soleil levant, 1872.jpg

Monet, Impression soleil levant 1872 *

 

"Oh mon dieu, quel scandale ! Mon fils de 4 ans pourrait peindre la même chose !"

 

Alors, votre opinion des Impressionnistes a t-elle changé ?

Nous les admirons, nous les adorons aujourd'hui pour leur style classique. Nous avons complètement oublié que c'étaient des peintres révolutionnaires.

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #ART-MODE

Repost 0

Publié le 25 Mai 2010

 

J'aime quand je trouve des expressions similaires dans des langues différentes. Par exemple, la "lune de miel" est une expression qui existe dans beaucoup de langues. C'est une expression très ancienne ; on pense qu'elle date de l'antiquité ! Voila pourquoi elle a eu le temps de passer d'un pays à l'autre.

 

Mais qu'est-ce qu'elle veut dire, cette expression ? Est-ce que, pendant l'antiquité, on mangeait beaucoup de miel pendant notre voyage de noces ? Mmh, c'est bizarre, je ne pense pas qu'à cette époque (back in those times), les nouveaux mariés partaient aux Bahamas ou en Thailande.

 

 

Un jour, un étudiant est arrivé en classe et a dit "j'ai écouté la radio ce matin et j'ai découvert l'origine de l'expression lune de miel". Nous l'avons écouté, très intéressés. Voici l'explication de l'émission de radio ;

Dans l'antiquité, après le mariage, pour favoriser la fertilité de la nouvelle mariée, elle mangeait du miel pendant un mois. Un mois, c'est une lune complète. Et voilà, la lune de miel, ce n'était pas un voyage romantique, c'étaient les premiers temps du mariage.

 

 

J'ai beaucoup aimé cette explication et pendant beaucoup d'années, je l'ai répétée à mes étudiants. Aujourd'hui, je voulais vous la donner sur mon blog, mais je suis allée vérifier sur Internet, parce que je vérifie toujours mes sources. Et là, j'ai trouvé une version très différente, attention messieurs dames, c'est beaucoup moins poétique !

Sur le site spécialisé dans les expressions idiomatiques (link), ils disent ceci ;

A Babylone, il y avait une tradition ; le père de la mariée offrait à son gendre (son-in-law), pendant tout le mois après le mariage, autant de (as much) mead -une bière à base de miel- qu'il voulait.
A cette époque, le calendrier était basé sur le cycle lunaire, le mois du miel est devenu la lune de miel.

 

Alors, la lune de miel, ce n'était pas un mois pour faire des enfants, c'était le mois où le gendre était constamment "bourré" (drunk). Charmant ! Je ne suis pas sûre de vouloir une lune de miel. A choisir, je préfère l'explication de mon étudiant. Mes chers amis, santé !

  

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #EXPRESSIONS IDIOMATIQUES

Repost 0

Publié le 23 Mai 2010

Ce matin, mon petit-dejeuner a été perturbé (=disturbed) par une nouvelle horrible ; 5 tableaux de mes artistes préférés ont été volés (have been stolen) au musée de Paris.

Oh mon dieu, c'est terrible !

Quelles peintures ont été dérobées (=stolen) ?

 

Le Pigeon aux petits pois de Pablo Picasso, valeur : 23 millions d'euros

 

 

La Pastorale d'Henri Matisse, valeur : 15 millions d'euros

 

 

L'Olivier près de l'Estaque de Georges Braque

 

 

Nature morte aux chandeliers de Fernand Léger

 

 

La Femme à l'éventail d'Amedeo Modigliani

 

 

 

Le maire de la capitale, Bertrand Delanoë, a été "attristé et choqué" (was sadden and shocked) par cette « atteinte intolérable au patrimoine culturel universel de Paris » (this deeply shocking undermining to the universal cultural heritage of Paris). 

 

Et comment les peintures ont été volées?

Un cadenas a été cisaillé (a lock was hacked) et une fenêtre a été brisée (a window was broken). C'est tout !?!

On entre et on sort comme dans un moulin dans ce musée ! (French idiom which means "One can just slip in" and translates as "One can enter and leave just like in a windmill")

 

Une enquête (police investigation) a été lancée. Malheureusement, la police pense que ces tableaux ne seront pas vendus (won't be sold) sur le marché ; ils sont trop facilement reconnaissables. Ils seront probablement mis (they will be put, left) chez la personne qui a commandé ces vols. 

 

Je me demande bien qui a si peu de coeur et autant de goût.

 

Note sur le passif.

Structure ;

J'ai été surpris par...

Tu as été surpris

 Il a été surpris

 Nous avons été surpris

Vous avez été surpris

Ils ont été surpris 

 

Le verbe est au passé composé; lu, bu, vu, pris, fait etc ;

Ce film a été vu par un million de spectateurs.

Ce livre a été vendu a un million d'exemplaires.

Cette entreprise a été vendue.

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #GRAMMAIRE-VOCABULAIRE

Repost 0

Publié le 19 Mai 2010

 

 

 

Selon linternaute.fr, le nom Poubelle figure au 85 408e rang des noms les plus portés en France.

Pas de chance de s'appeler comme une poubelle, me direz-vous. Oui mais, savez-vous que c'est Eugène Poubelle qui a donné son nom à nos poubelles ? Il fallait réfléchir avant !

 

On le remerciera quand même de nous avoir sauvés des immondices qui jonchaient nos rues. En effet, un jour de novembre 1883, ce préfet parisien obligea par décret que chaque famille s'équipe d'un récipient spécialement destiné à recevoir les détritus. Mon dieu, mais comment faisaient-ils avant ?

 

 

 

 

Quels progrès nous avons faits mes amis. Songez à ces dames aux jolies robes du XVIIIème siècle qui devaient traverser la rue avec des passerelles, parce que tout le monde avait vidé son pot de chambre sur le pavé pendant la nuit et que la pluie avait transformé le tout en beau ruisseau puant. 

 

 

 

 Tout de meme, il fallut attendre 1870 pour que Louis Pasteur nous fasse remarquer un lien entre hygiène et santé. Et ce fameux monsieur Poubelle pensa alors à un moyen d'arrêter d'éparpiller nos déchets au milieu de la rue.

 

 

 

Afficher l'image en taille réelleA cette époque, les déchets s'appelaient "gadoue". Et moi qui pensais que gadoue ou boue c'était du pareil au même. Pas du tout ! Donc, on venait chercher la gadoue avec des sortes de voitures tirées par des chevaux et on faisait du tri sélectif (oui mes amis, en 1883 !) pour récupérer ce qui pouvait devenir de l'engrais agricole.

Et ce qui n'était pas vendu en tant que tel était détruit dans des fours qui donnaient ainsi de la vapeur et de l'électricité.

Non mais je rêve ! On se débrouillait bien mieux à cette époque. Et moi qui crâne avec ma poubelle à recycler...

 

Merci au syndicat intercommunal de traitement des ordures ménageres de l'agglomération parisienne pour ses infos que j'ai trouvées ici ; link

 

 

J'en profite pour écrire une petite note qui vous fera briller dans les salons. Le mot poubelle est une antonomase. Non, je vous rassure, je ne le savais pas avant d'avoir fait des recherches aujourd'hui sur nos fameuses poubelles.

Mais qu'est-ce que ça veut dire ? Eh bien, c'est un nom propre qui est devenu un nom commun. Pensez à tous ces inventeurs qui ont donné nom aux amperes, watts, diesel, macadam etc. Eh oui. Mais pas que cela, mes chers amis.

Il y a aussi des marques qui sont devenues des objets de la vie de tous les jours, grâce à un marketing réussi ; un bordeaux, du scotch, un réfrigérateur, un bic, un kleenex...

Et pensez aussi aux saint-bernard, saint-émilion, saint-honoré, saint-nectaire...

 

Voici des antonomases intéressantes (oh là là, quand je dis ce mot j'ai l'impression que mon Q.I double...) que j'ai trouvées sur wikipedia ;

  • Un mécène désigne un « généreux donateur protégeant les arts et les artistes », en souvenir de Mécène, général romain de l'époque de l'empereur Auguste qui, s'étant enrichi au cours de ses campagnes, s'était offert une villa somptueuse entourée d'artistes…
  • Un vandale, par antonomase du nom d'un peuple germanique qui envahit l'empire romain au Ve siècle, désigne un individu qui détruit tout.
  • Une mégère désigne une « femme violente et agressive », en référence au personnage de Mégère, l'une des trois furies, dans la mythologie grecque.
  • Une silhouette désigne une « figure vaguement esquissée », en souvenir des caricatures dessinées pour ridiculiser Étienne de Silhouette, contrôleur des impôts au XVIIIe siècle.
  • Un mentor est originellement le nom du précepteur de Télémaque qui accompagna ce dernier dans son périple pour retrouver Ulysse, son père.

Aussi wikipédia fait référence aux don Juans, tartuffes, harpagons, pénélopes, apollons, stalines ou picassos, par exemple, antonomases pour parler respectivement de séducteurs, hypocrites, avares, épouses fidèles et vertueuses, beaux hommes, dictateurs sanguinaires ou grands peintres.

Eh bien je vais me coucher moins bête ce soir. Au fait, mon petit robert (voir mon article ; Il avait quel age, le petit Robert, quand il a écrit le dictionnaire ? ) et mon becherel (Bescherelle, qui étais-tu ? ) aussi, alors, ce sont des antonomases ?!

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #HISTOIRE ET TRADITIONS

Repost 0

Publié le 17 Mai 2010

 

source photo :  www.darmezik-imlil.com/blog/?tag=imlil

 

 

  J'adore le Maroc. J'y suis allée plusieurs fois. J'ai visité plusieurs villes et ma ville préférée est Marrakech. Je n'ai pas visité Essaouira mais je voudrais y aller. Et le désert, je voudrais le voir !

J'adore les petites rues, les portes immenses, les grandes places avec beaucoup de personnes le soir, les souks, les tagines et les pâtisseries. C'est coloré, c'est chaud et tous les vendeurs nous proposent du thé à la menthe pour pouvoir discuter et essayer de nous vendre leurs tapis. Attention, il faut savoir résister !

 

Le week end dernier, j'étais un peu nostalgique du Maroc. Il faisait froid et gris, je n'étais pas motivée pour sortir. Alors, j'ai décidé de cuisiner une tagine, pour apporter un peu de chaleur marocaine chez moi. Aussi, il y a quelques semaines, j'ai vu un documentaire à la télé sur Jamie Oliver qui était au Maroc. Vous le connaissez, bien sûr ? Non, peut-être que les Français ne le connaissent pas. Jamie Oliver, c'est un chef cuisinier bien connu en Angleterre. Je l'adore. En ce moment, il visite des pays et cuisine avec les personnes locales. J'ai vu son documentaire en Espagne, en Italie -et j'ai immédiatement essayé mon premier tiramisu ; c'était un vrai succès !-, en France et au Maroc. Eh oui, je suis une vraie fan de Jamie Oliver.

 

Alors voilà, dimanche, j'ai décidé de cuisiner le plat que je commande toujours quand je suis au Maroc ; la tagine d'agneau aux pruneaux et aux amandes. Eh bien mes amis, c'était un vrai régal ! C'est super simple et délicieux. Je vais souvent refaire cette recette.

 

 

Alors, voici ma recette adaptée, parce que j'aime les plats épicés, pour deux personnes ;

- environ 300g d'agneau coupés en petits cubes

-1 petit oignon

- 1 ou 2 gousses d'ail selon les goûts

- 1 cuillère à soupe rase de cannelle, 1 de cumin, 1 de "ras el hanout" ou "garam masala",

- 1 cuillère à café de gingembre en poudre (j'ai utilisé du gingembre en purée)

- 1 pincée de safran

- personnellement, j'ai ajouté une cuillère à soupe rase de chili, mais c'est parce que mon mari l'adore.

- quelques amandes émondées et quelques pruneaux

- de l'huile d'olive

 

Parce que je n'ai pas de tagine, j'ai cuinisé dans mon auto-cuiseur, ce qui permet de réduire le temps de cuisson et garder toutes les saveurs des épices.

Dans de l'huile d'olive, sur un feu moyen, faites dorer les cubes d'agneau. Ajouter l'oignon et faites-le dorer. Ajouter l'ail et baissez le feu.

Ajoutez toutes les épices, un peu de sel et du poivre.

Après quelques minutes, couvrez d'eau, mélangez et faites cuire à feu doux pendant 45 minutes.

Ajoutez les pruneaux et faire cuire pendant 15 minutes.

Faites frire les amandes quelques minutes dans de l'huile d'olive et ajoutez-les au plat fini.

 

Un peu de couscous, et voilà !

Certaines personnes mettent du miel mais mon mari ne l'aime pas alors je n'en ai pas ajouté. Si vous l'aimez, ajoutez-en une cuillère en même temps que les pruneaux.

 

Bon appétit !

 

  

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #GASTRONOMIE

Repost 0

Publié le 16 Mai 2010

Viktor Oliva, The Absinthe Drinker, ca 1890, Cafe Slavia in Prague

 

 Cette semaine, j’ai fait un rôle-play avec mes étudiants. Nous étions au café. J’étais la serveuse. “Qu’est-ce que vous prendrez ?” “un café pour moi, s’il vous plaît.” “Deux thés au citron”. “Je voudrais un pastis” a dit un étudiant. Un pastis, qu’est-ce que c’est, lui ont demandé les autres. Un pastis, c’est une boisson à base d’anis, c’est bien connu à Marseille.

Ah, quelle bonne idée, un pastis pour moi aussi, s’il vous plait.

Aujourd’hui, j’ai fait une petite investigation sur l’histoire du Pastis. Et j’ai trouvé le site; http://www.lamaisondupastis.com/  

J’ai appris beaucoup de choses. Le pastis, c’est à base d’anis, comme l’absinthe. l'absinthe, J’en ai beaucoup entendu parler. Un alcool trop populaire parmi les artistes du XIXème siècle et qui avaient des hallucinations à cause de cet alcool. Alors on a décidé de l’interdire.

Mais c’est faux, m’explique le site Internet de la Maison du Pastis ! L’absinthe était devenue très populaire en France, vers la fin du XIXème, à cause des problèmes avec le phylloxéra (parasite de la vigne) Ah, ils en parlent sur ce site ! Vous vous souvenez de mon article ? (Allez le lire ; vins de France )

Et donc les marchands de vins ont crée un lobby contre l’absinthe ; ils ont dit que c’était dangereux et le gouvernement l’a interdit en 1915. Depuis 1999, c’est à nouveau possible de faire de l’absinthe, exactement la même qu’avant, parce que les scientifiques ont fait beaucoup de tests et ils ont dit que les problèmes hallucinatoires des artistes étaient une légende. Ca alors !

On dit même que la plante de l’absinthe a beaucoup de propriétés médicinales.

Attention, ce n’est pas un médicament ; il ne faut pas en abuser ! A consommer avec modération ;)

 

 

 

 

Et le pastis, alors ? La suite la semaine prochaine.

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #GASTRONOMIE

Repost 0

Publié le 15 Mai 2010

 

Que savez-vous de notre copain le petit Robert ?

J'imagine que, comme Mr Bescherelle, (voir mon article Bescherelle, qui étais-tu ? ) Mr Robert était un passionné de la langue française et que c'était le premier de sa classe en orthographe.

 Voyons, voyons, cherchons un peu plus loin.

  

Alors voilà ce que j'ai découvert. 
Pour commencer, une surprise ; Paul Robert (1910 - 1980) est né en Algérie.
 Ses parents étaient Français et ils avaient beaucoup d'enfants. Paul était le dernier.

En 1930, il est entré à  la fac de droit d'Alger. Il s'est marié en 1933 à  Paris et il a collectionné les diplômes ; droit public, économie politique, droit romain et diplome de Sciences Po (Sciences Politiques ; c'est une grande école française) en 1939. Un vrai intellectuel !

 

 la faculté d'Alger

 

La deuxième guerre mondiale a commencé.... et Paul Robert est retourné en Algérie.

Et après la guerre, il est immédiatement retourné à Paris. Eh bien, ce n'était pas un  résistant celui-là ! 

 

Il a ouvert une petite librairie dans le quartier latin de Paris. Ah, le quartier Latin, j'adore !

Paul voulait créer un dictionnaire et c'est en 1950 que son projet a vu le jour. Malgré quelques problèmes financiers, il a crééune maison d'édition en Algérie et l'a appelée "'La société du nouveau Littré".

Le 15 octobre 1953, le premier tome du "Grand Robert" a été publié et Paul Robert a installé définitivement toute son équipe à Paris en 1958.

 

Six ans plus tard, le petit Robert est né.

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #LITTÉRATURE

Repost 0

Publié le 13 Mai 2010

- Maman, qu'est-ce que c'est, le subjonctif passé?

- Regarde dans ton Bescherelle !

 

Voilà quelque chose qu'on a dû souvent vous répéter quand vous étiez petit et que vous posiez des questions auxquelles (=to which) les grands ne pouvaient pas répondre.

Ah, le Bescherelle, la bible des verbes, le livre que chaque Francophone qui se respecte doit avoir dans sa bibliothèque.

 

Quel nom bizarre, "Bescherelle". Est-ce que c'était un passionné de conjugaison ? Etait-ce un copain (=mate) du petit Robert ?

 

Cherchons sur Internet. Mais oui ! C'était bien un fada (=crazy about) des modes indicatif ou subjonctif.

Louis-Nicolas Bescherelle est né à Paris en 1802 et est mort en 1883. C'était un lexicographe et grammairien. Mon dieu, il devait passer des soirées passionnantes...! ;)

En 1842, il a publié avec son frère un livre sur les conjugaisons avec un titre très long qui est devenu "le Bescherelle".

 

Allez sur www.bescherelle.com

Il y a des tests "amusants". D'ailleurs (=by the way) j'ai fait le test des accords sur les participes passés et j'ai eu 12/12 ! Je suis très fière (=proud) de moi, je mérite bien (=I well deserve) mon titre de prof de français. Mais je l'avoue (=I admit it), j'ai un peu transpiré...

Le test des accords sur les participes passés ; link Après avoir lu (=after having read) mon article pour réviser ; L'accord des participes passés et autres fautes de Français à éviter

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #LITTÉRATURE

Repost 0