Publié le 28 Avril 2010

 

   

 
"Je suis sourde"
"Senor"
   
Quelle musique préférez-vous ?

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #MUSIQUE

Repost 0

Publié le 22 Avril 2010

Quand j'étais adolescente, j'allais à un cours d'histoire de l'Art. J'apprenais à peindre et aussi j'étudiais les grands peintres. J'adorais mon professeur. Il avait un charisme exceptionnel et ses cours étaient les plus intéressants de tous mes cours. Toute la semaine, j'attendais mon cours d'histoire de l'Art avec impatience.

Mais mon professeur avait des idées très arrêtées (il avait des opinions très fortes et ne voulait pas en changer). Par exemple, il pensait que Picasso était un peintre grandiose, qui avait crée tous les mouvements artistiques du XXième siècle et aussi que Salvador Dali n'avait rien peint d'exceptionnel.

 

Un jour, un de mes étudiants a voulu faire un exposé sur le douanier Rousseau parce qu'il avait vu une superbe expo sur lui au musée. Oui, pourquoi pas, je lui ai répondu -avec un petit sourire- parce que mon professeur avait toujours dit que le douanier Rousseau était un peu simple, un petit enfant de la peinture, un peintre "du dimanche" (expression péjorative = c'est un petit peintre amateur) dont Picasso se moquait gentiment (se moquer de = to laugh at) 

Je ne connaissais pas bien ce peintre, je connaissais juste l'opinion de mon professeur. Je savais que le douanier Rousseau n'était pas un "vrai" peintre. Il travaillait comme douanier (=customs officer) et pendant son temps libre, il peignait. "le douanier ne savait pas peindre", répétait mon professeur. "Il copiait des dessins dans les magazines, il allait au zoo pour observer les lions et il essayait de les peindre dans ses peintures, mais beaucoup moins bien que Delacroix, par exemple !" Et nous nous moquions de Rousseau pendant quelque temps, puis nous étudiions les Impresionnistes, les Cubistes, les peintres abstraits. "Les peintres qui avaient une théorie, pas les peintres du dimanche".

 

Mon étudiant avait préparé une magnifique présentation powerpoint et j'ai regardé défiler (=to unfold) les peintures de Rousseau pour la première fois de ma vie. Non pas avec les yeux de mon professeur, mais avec mes propres yeux. Et j'ai découvert, émerveillée, le monde du douanier Rousseau.

Je vous laisse le découvrir maintenant.

 

 

Surpris !

 

 

 

 

 

  

 

 

Pourquoi est-ce que mon professeur avait tant (=so much) dévalorisé (=to depreciate) le travail d'Henri Rousseau ?

Petite discussion philosophique. Quand Picasso ne respecte pas la perspective, il joue avec elle. Henri Rousseau, lui, ne la comprend pas. Donc, pour mon professeur, il ne savait pas peindre.

Observez ce tableau à droite. C'est un autoportrait du peintre. Observez combien la perspective est maladroite, avec les petits personnages qui se promènent à sa gauche, et les nuages peints d'une manière enfantine.

 

 

 

Ma question est "Qu'est-ce qu'un artiste ?"

Est-ce que, pour vous, Henri Rousseau était un artiste ?

 

Grâce à la présentation de mon étudiant, Henri Rousseau m'a surprise, intéressée, charmée et détachée de mon monde quotidien. Il m'a plongée dans un monde qu'il a crée, lui qui n'avait jamais quitté Paris.

Après la classe, j'ai demandé à mon étudiant si je pouvais avoir une copie d'une des peintures qu'il avait imprimées pour montrer aux étudiants. En rentrant chez moi, j'ai accroché (=to hang) la peinture dans ma chambre. J'ai observé pendant longtemps les couleurs incroyables et les lignes pures. Je me suis crue dans la jungle, me promenant dans un monde à la fois naïf et cruel.

 

Et puis je me suis endormie, emportant dans mes reves un petit peu du monde d'Henri Rousseau.

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #ART-MODE

Repost 0

Publié le 21 Avril 2010

source ; http://lorraine-champagne-ardenne.france3.fr/info/champagne-ardenne/Candidature-des-Paysages-du-Champagne-%C3%A0-l%5C'UNESCO-57136942.html

 

 

source ; http://blog.investinreims.com/LA-CHAMPAGNE-VA-CANDIDATER-AU

 

Voici un extrait adapté du site www.champagne.fr :

 

"C'est l'intitulé (=le nom) qui a été retenu (=choisi) pour dénommer la candidature à l'inscription sur la liste du Patrimoine Mondial de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) en tant que (=comme) paysage culturel, soit l’intégralité (=totalité) de l’aire d’appellation Champagne.

 

Les paysages culturels sont définis par l'Unesco comme des « œuvres conjuguées de l'être humain et de la nature qui expriment une longue et intime relation des peuples avec leur environnement ».

  

N'est-ce pas le cas exemplaire de la Champagne viticole ?

  

Sur cette terre singulière (=unique), historiquement vouée (=dédiée) à la vigne, les hommes ont donné naissance à un vin unique, que le monde entier lui envie (tout le monde est jaloux).

 

Les paysages du Champagne racontent cette épopée (=grande histoire). C'est bien là, dans ces paysages, que, génération après génération, s'est établie (s'établir, se créer) une véritable civilisation du Champagne fondée sur une triple alliance exceptionnelle : terroir, technologie, organisation professionnelle."

 

 

 

 

source ; http://www.paperblog.fr/519226/le-champagne-un-patrimoine-mondiale/ (excellent article)

 

Le site proposé pour une inscription au Patrimoine mondial est la totalité de l’aire de l’appellation Champagne :

- 3 régions : Île-de-France, Picardie et Champagne-Ardenne
- 5 départements : Seine-et-Marne, Aisne, Aube, Marne et Haute-Marne
- 320 communes
- 260 000 parcelles
- 34 000 hectares.

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #GASTRONOMIE

Repost 0

Publié le 20 Avril 2010

Quelle est votre opinion de la chanteuse Camille?

 

C'est différent, c'est spécial, c'est intéressant, c'est très bizarre, c'est super, c'est un style inhabituel (=unusual), c'est irritant, c'est magique, c'est nul (=crap), c'est magnifique...

 

Voici une musique presque (=nearly) normale ; "Paris"

 

 Une vidéo avec une chorégraphie originale...; "1,2,3"

 

Et une chanson (=song) un peu bizarre... "Ta douleur"

 
Extrait du film "Ratatouille" avec une chanson de Camille ; "Le festin"

 

Camille n'a pas beaucoup de voix (=voice), ses textes sont bizarres, je ne les comprends pas mais (=but) j'aime bien Camille.

Elle a crée un monde magique qui me surprend à chaque fois (=she created a magic world which surprises me every time).  

 

Commentaire d'un internaute ;

michixchan camille has her own unique style, j'adore camille.

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #MUSIQUE

Repost 0

Publié le 19 Avril 2010

 

 

Quels vins de France connaissez-vous ? Lesquels préférez-vous ?

 

Vous pouvez observer qu'il n'y a pas de vins en Normandie et en Bretagne. Qu'est-ce qu'on boit dans ces régions ? Du cidre ! Un alcool -juste 4 degrés d'alcool, c'est du jus de pomme me direz-vous- qui est délicieux avec la spécialité locale de ces deux régions ; les crêpes.

   

 

Quand je suis allée en Inde en Février dernier, j'ai visité une production locale de vin qui était plutôt bonne. Il y avait un musée que j'ai visité avec ma famille. Là, ils ont expliqué le processus de fabrication du vin. En tant que Français, nous pensions en savoir plus que le guide (en savoir = to know about. We thought we knew more about wines than the Indian guide). Eh bien non, arrogants que nous sommes ! Le guide nous a posé une colle (poser une colle = poser une question difficile, proposer une énigme = "that's a stump / you've got me there / waw, that's a hard one") ! Il nous a demandé si nous savions pourquoi il n' y a pas de vins en Normandie et en Bretagne. A cause du climat qui n'est pas bon pour le vin, nous lui avons répondu. Pas du tout, a t-il dit. Il y a longtemps, il y avait du vin dans ces régions. Mais un jour, les seigneurs ont goûté du cidre qui venait d'un pays étranger. ils l'ont telllement aimé qu'ils ont arraché (=to pull out) toutes leurs vignes pour planter des pommiers.

Mince alors (=blimey!), c'est un indien qui nous a expliqué ça, la honte (=shame on us) !

 

Aussi, savez-vous que nos vins ont une origine américaine ? Attention, notre honneur en prend un coup (en prendre un coup = has taken a hit). J'ai découvert ça en visitant le musée du whisky à Edinbourg. Eh oui, en 1880 toutes nos vignes ont été massacrées par un petit insecte qui venait des Etats-Unis, qui apparemment était venu par bateau (American vine louse Phylloxera vastatrix). C'est pour cela que le whisky a connu un formidable essor à cette époque, les européens n'avaient plus rien à boire !

Comment avons-nous fait pour recréer nos vignes ? Nous avons pris des vignes américaines qui résistaient à cet insecte et les avons replantées en France.

Mais y a t-il un endroit en France qui a résisté à cet insecte, ai-je demandé au guide écossais -en me disant qu'après je ne boirai plus que de ce vin là, un pur vin français, pas une vigne américaine !-.

Attendez, je vais me renseigner (se renseigner = to ask about, inquire), m'a t-il répondu. Il est allé téléphoner et est revenu. Désolé, m'a dit-il dit, il y a juste du vin des anciennes colonies françaises qui a résisté mais ce vin n'existe plus maintenant.

 

Argh, mon vin francais a des origines américaines !! Nos viticulteurs ne s'en vantent jamais (se vanter de quelque chose = to brag about).

J'ai fait une investigation sur Internet pour en avoir le coeur net (in order to have a neat heart = to make sure of something). Eh bien cette information est bien cachée ! Finalement, sur un site anglais -pas Français, quelle surprise...-, j'ai trouvé mon info, et voici le lien, en anglais, si vous voulez en savoir plus ; link.

 

Santé ! 

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #GASTRONOMIE

Repost 0

Publié le 17 Avril 2010

 

 

Aimé Césaire, de son nom complet Aimé Fernand David Césaire, né le 26 juin 1913 à Basse-Pointe en Martinique, est mort le 17 avril 2008 à Fort-de-France.

 


 
    

 

Il était un poète mais aussi un homme politique. De 1945 à 2001, il a été maire  de Fort-de-France -pendant 56 ans ! Il a beaucoup écrit. Une de ses plus grandes créations est " Cahier d'un retour au pays natal". Il a aussi écrit quelques pièces de théâtre.

 

Aimé Césaire était très connu pour avoir le premier parlé de la "négritude" dès 1934 : il a voulu faire reconnaître la culture des gens d'Afrique pour que l'on arrête de considérer le peuple noir comme un peuple de gens inférieurs, comme à l'époque de l'Europe coloniale.

 

Il vient d'une famille modeste avec sept enfants. Il a étudié  au lycée Schoelcher à Fort-de-France.  Grâce aux conseils d'un de ses professeurs, il a obtenu une bourse (=aide financière pour étudier) pour partir continuer ses études à Paris.

 

C'est là qu'il a rencontré Léopold Sédar Senghor, avec lequel (=with whom) il a créé en 1934 le magazine L' Etudiant noir. C'est dans ce magazine qu'Aimé Césaire a utilisé, pour la première fois, le mot qui, va résumer son combat, à la fois littéraire et politique : la 'négritude'. Juste avant la Seconde Guerre Mondiale, il a publié le 'Cahier d'un retour au pays natal', et il est retourné en Martinique pour être professeur de français. 

 

Pendant plus de 50 ans, il a combiné ses activités d'écrivain avec ses mandats de maire et de député. Et il s'est battu (se battre = to fight) à la fois pour la reconnaissance de la spécificité et la richesse de la langue de ses ancêtres, et l'indépendance des colonies françaises.

 

Faire prendre conscience au peuple noir de ses propres racines : c'était l'objectif d'Aimé Césaire.  

En 2008, Aimé Césaire est mort à l'âge de 94 ans. Il reste une figure incontournable de l'histoire martiniquaise et l'un des derniers fondateurs vivants de la pensée négritudiste.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #FRANCOPHONIE

Repost 0

Publié le 15 Avril 2010

 

 

 

 

 

 Un jour, un étudiant m'a demandé pourquoi on dit "faire la grève" (=to be on strike). Quelle est l'origine du mot "grève" ? Je ne savais pas !

Voilà pourquoi c'est intéressant d'être professeur de Français ; mes étudiants me posent des questions qui me font réfléchir sur ma culture.

Dans toutes les langues du monde, on utilise tous les jours des expressions et on ne sait pas pourquoi. Je trouve leur histoire fascinante. Pas vous ? 

 

Alors, "faire la grève", qu'est-ce que c'est ? Oui, bien sûr, ça veut dire refuser de travailler pendant une période de temps pour obtenir une augmentation de salaire ou d'autres choses.

 

Mais d'où vient le mot "Grève"?

 

Je me suis rappelé qu'à Paris, la place de l'hôtel de ville s'appelait autrefois la place de Grève. On faisait les exécutions des criminels, très fréquentes malheureusement pendant la Révolution Française avec la guillotine ;

 

 

 

 

Sur ce dessin, on voit un criminel écartelé (=dismembered, quartered) en place de Grève. Ici aussi on brûlait les sorcières (=witches), le bourreau (=executioner) coupait les têtes à la hache (=axe) ou bien pendait (pendre = to hang) les criminels. C'est charmant tout ça

Observez ; il y a quand même (=all the same) beaucoup de spectateurs...

   

 

La place de grève est donc importante pour notre histoire.

Elle s'appelait comme ça parce qu'elle se trouvait à côté de la Seine, à un endroit où le fleuve apportait beaucoup de sable sur la berge (riverbank). Ce sable grossier ressemblait à du gravier (=gravel).

Dans notre langue ancienne, le Gaulois, sable se disait "grava". Voilà pourquoi on a appelé cette place "la place de Grève".

 

 

Mais quelle est la relation entre cette place et les grévistes (=personne en grève) ?

Eh bien c'était là aussi que se réunissaient les ouvriers sans travail, en attendant d'être employés.

Quand les ouvriers se trouvaient en contestation avec les patrons (=boss) au sujet du salaire, ils quittaient leur travail et se rendaient à la place de Grève pour y chercher d'autres patrons. C'est de là qu'est venue l'expression se mettre en grève. L’expression "faire grève" voulait dire "rechercher du travail".

 

C'est très différent ajourd'hui !

L’expression « faire grève » comme on la connait aujourd’hui est apparue au XIX° siècle.

 

Qui est souvent en grève en France ?

Les transports comme par exemple;

La SNCF ;

 

Les compagnies aériennes (en général à noël ou à pâques = easter, bien sûr);

  

 

 

Mais aussi, sont en grève ;

 

Les routiers;

  

 

Les professeurs ;

  

 

Les étudiants ;

  

 

Les ouvriers

 

Les syndicats (=unions) ;

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Poste ;

 

 

Les infirmiers et infirmières (=nurses) ;

  

 

Est-ce que j'ai oublié quelqu'un ?

 

Imaginez mai 68, toute la France était en grève !!

 

 

 

Et vous, est-ce que vous avez participé à une grève ?

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #EXPRESSIONS IDIOMATIQUES

Repost 0

Publié le 14 Avril 2010

Le pronom « Y » quand il remplace un endroit ou une destination ;

 

Le pronom « Y » remplace une destination (=there)

Par exemple :

Ce week-end, je vais à Paris. J’y vais en train.

J’y vais avec Stéphanie. J’y vais pour visiter les musées.

 

Je n’y vais pas pour faire du shopping.

 

J’y suis allée le mois dernier.

 

Je n’y suis pas allée pendant les soldes (=sales).

 

Je vais y passer la journée (=I’m going to spend the day there).

 

Attention ! Ne dites pas : J’y vais à Paris. (=I’m going there to Paris).

Je vais à paris. J’y vais.

 

Vous avez des questions ?

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #GRAMMAIRE-VOCABULAIRE

Repost 0

Publié le 12 Avril 2010

 

 

Le mois dernier, vous avez voté pour Simone de Beauvoir, la star du mois d'avril. Merci pour vos votes !

Voici une petite biographie d'une célébrité française que j'admire particulièrement. Non, non, ma biographie n'est pas inspirée de wikipédia, c'est une exception ! Je l'ai trouvée sur linternaute.fr

 

Pourquoi Simone de Beauvoir est bien connue ? Parce que c'était une femme philosophe, auteur, féministe et qu'elle avait une relation amoureuse avec Jean-Paul Sartre. Ils n'étaient pas mariés ; c'était choquant pour l'époque (=for the time).

Son livre le plus populaire est le deuxième sexe. Quand j'étais adolescente, j'ai lu ses mémoires et j'ai immédiatement été très admirative pour cette femme si cultivée et indépendante.

 

 

Simone Ernestine Marie Bertrand de Beauvoir est née le 9 janvier 1908. Elle vient d’une famille catholique relativement aisée (=wealthy). Elle a eu une éducation maternelle sévère et traditionnelle. Elle a étudié dans une école catholique mais très tôt elle a dit qu'elle était totalement athée.

Elle a eu une profonde passion pour la lecture et l’écriture. En 1926, elle a commencé des cours de philosophie à la Sorbonne. Elle a obtenu l’agrégation (=high-level competitive examination for the recruitment of teachers) trois ans plus tard avec un résultat très satisfaisant. Elle a été professeur de philosophie à Marseille, puis à Rouen et à Paris. Cependant, elle n'était pas complètement heureuse avec cette profession et elle l’a abandonnée en 1943 pour suivre (=to follow) une carrière littéraire.

 

En 1929, sa rencontre avec l’existentialiste Jean-Paul Sartre a marqué un tournant décisif (= turning point) dans son existence et dans sa conception de la vie. Ils ont eu une relation intellectuelle et affective très forte mais ils n'étaient pas mariés et il n'habitaient pas ensemble.

Jusqu’à la mort du philosophe, ils ont vécu (vivre = to live) dans un anticonformisme total. La relation de Simone de Beauvoir avec Sartre illustre parfaitement ses réflexions sur la position de la femme dans la société


 


Simone de Beauvoir était très engagée politiquement. Dès 1926, elle a intégré un mouvement socialiste. En 1945, Jean-Paul Sartre a crée les Temps modernes, une revue de gauche (=left-wing magazine) dans laquelle (=in which) elle a écrit de nombreux articles. Après la Seconde guerre mondiale, ses engagements politiques se sont intensifiés.

La situation de la condition féminine était également très importante pour elle. En 1949, elle a publié un essai intitulé le Deuxième sexe où elle a prôné (= to advocate) la libération et l’émancipation de la femme dans la société. À travers (=through) une étude historique, scientifique, sociologique et littéraire, elle a essayé de démontrer à quel point la femme était aliénée par l’homme. L’unique moyen d'y échapper (= escape from) était d’acquérir une indépendance totale. Ce livre a scandalisé la haute société mais a été soutenu par Lévi-Strauss et est devenu le socle des premiers mouvements féministes.

Dès 1947, Simone de Beauvoir a commencé àdécouvrir le monde. Elle est allée aux Etats-Unis, où elle a rencontré son amant Nelson Algren, puis elle a parcouru (parcourir = to travel all over) l’Afrique et l’Europe. En 1955, elle est arrivée en Chine. Elle a découvert Cuba et le Brésil au début des années 1960, puis elle est restée en URSS. Ses différents voyages à l’étranger lui ont permis (permettre = to allow) d’enrichir ses livres, qu’elle n'a jamais négligés.



En 1954, son roman les Mandarins a remporté le prix Goncourt. Elle a abandonné le genre romanesque pour se consacrer aux essais et aux ouvrages autobiographiques. En 1958 a été publié Mémoires d’une jeune fille rangée, suivi de la Force de l’âge et de la Force des choses. À travers cette fresque autobiographique, elle a proposé un exemple d’émancipation féminine et a continué son étude sur le comportement et la responsabilité des hommes dans la société.

En 1980, Jean-Paul Sartre est décédé. Simone de Beauvoir a été particulièrement affectée. Elle est décédée en 1986, à l’âge de  78 ans et repose au cimetière Montparnasse, à Paris.

  

 

Et vous, quelles femmes admirez-vous ?

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #LITTÉRATURE

Repost 0

Publié le 10 Avril 2010

 

 

La semaine dernière, je suis allée au cinéma pour voir une comédie romantique ;

"l'arnacoeur", un film francais avec deux acteurs que j'aime particulièrement ; Vanessa Paradis et Romain Duris.

Ce film est excellent, les acteurs jouent très bien et j'ai passé un bon moment. Romain Duris est complètement irrésistible en séducteur professionnel et Vanessa Paradis a des vêtements super chic comme Audrey Tautou dans le film "Hors de prix", une autre excellente comédie romantique que je vous recommande.

 

De quoi parle le film ? (=what is it about?).

Romain Duris a une profession un peu spéciale. Il est séducteur. Vous avez une soeur, une fille ou une amie qui va se marier avec un homme égoiste ou stupide ? Vous pouvez employer Romain pour briser le couple. Et ça marche (=it works) !

 

Mais les choses se compliquent quand Romain rencontre Vanessa...

 

Voici la bande-annonce en Français ;

 

 

Et quelques critiques de spectateurs ;

lasanna - Posté le 24/03 à 19:09

Un film EXTRAORDINAIRE. Il faut le voir sans hésiter, de l'humour, de l'amour, un beau scénario.... Voilà un moment que je n'ai pas passé un bon moment de cinéma. Un grand Romain Duris et quelques scènes hilarantes !!!!!!!

 

 

mickmarc - Posté le 30/01 à 20:25

Surtout ne vous fiez pas à la bande annonce (=se fier à = to rely on, to trust. Don't trust the teaser). C'est rare à dire mais le film est encore 10 fois mieux que ces teasers....disons que (=let's say that) là ils ne montrent que le côté comédie (=they only show...), mais l'arnacoeur c'est plus que ça!

 

aurelien59000 - Posté le 11/01 à 13:48

J'aime beaucoup Romain Duris, il faudrait qu'il rebondisse vite (he should bounce back quickly) parce que ses derniers films c'était pas glorieux, deux bides (=flop) l'année dernière... pourtant il a tellement de talent (=however he's so talented) ! alors espérons une très bonne comédie avec ce film, le teaser donne envie en tous cas. 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par frenchteacher

Publié dans #CINÉMA

Repost 0