Quel est le rôle du multimédia dans la classe de FLE ?

Publié le 9 Octobre 2015

Un étudiant en linguistique m'a contactée pour me demander mon opinion sur le rôle du multimédia dans la classe de FLE (Je ne cite pas son nom car il s'agit peut-être d'un devoir !). J'ai trouvé cette question très intéressante et tellement d'actualité. De nos jours, on se sent un peu ringard si on arrive en classe avec un livre ou des photocopies alors que nos collègues auront préparé une leçon sur un tableau interactif avec des vidéos et des articles d'Internet, un jeu depuis une application sur un smartphone ou un powerpoint pour réviser le vocabulaire.

D'accord, pour rester à la page il faut peut-être ranger ses vieux manuels mais je ne suis pas tout à fait pour l'utilisation intempestive du multimédia en classe.

Tout d'abord, personnellement j'enseigne à des gens qui passent leur journée entre leur ordinateur, tablette et téléphone alors je n'ai pas envie de leur coller un écran de plus quand ils arrivent en classe. La plupart des étudiants, excepté ceux qui veulent se préparer à un examen, apprennent le Français pour pouvoir communiquer. Et déjà qu'ils n'ont que deux heures de Français dans la semaine, je ne veux pas réduire leur temps de parole davantage. Pour moi, les étudiants sont là pour parler. Ils apprennent le Français en parlant et non en faisant des exercices de grammaire (un peu quand même) ou en fixant un tableau interactif.

J'ai d'ailleurs commencé ce blog parce que je n'ai pas la possibilité en classe de raconter à mes étudiants tout ce que j'ai à dire sur la culture française. Ils ont donc la possibilité de le lire en complément après la classe, ainsi que voir des films, des documentaires que je recommande et je leur donne aussi des adresses de sites Internet ou des applications intéressants.

En classe j'aime utiliser un article et surtout des photos, car je trouve qu'on peut vraiment développer en fonction du niveau de l'apprenant avec une image. C'est super d'écouter les infos, de courts extraits sur lesquels on va travailler le vocabulaire et discuter ou une musique sympa ou voir un court documentaire de temps en temps pour lancer un nouveau sujet. Mais je suis convaincue qu'il ne faut pas abuser du multimédia en classe.

De nombreuses études démontrent qu'on n'apprend pas aussi bien face à un ordinateur qu'à une réelle personne. Cela me fait peur quand j'entends des propositions au gouvernement pour que les enfants utilisent de plus en plus des ordinateurs à l'école. Comme s'ils n'étaient pas déjà assez scotchés à Facebook ou à leurs jeux vidéos en dehors des cours. Mais on veut économiser les profs comme les caissières au supermarché et voilà ; nous vivons dans un monde de plus en plus déshumanisé.

Une expérience me vient à l'esprit : dans un premier groupe un enseignant a montré à des enfants comment faire un noeud compliqué avec une corde. Un second groupe apprenait la même chose, mais cette fois-ci les enfants suivaient les instructions de l'enseignant depuis une vidéo. La plupart des enfants du premier groupe ont réussi à faire le noeud dès le premier essai alors que certains du deuxième groupe ont eu besoin de voir la vidéo jusqu'à dix fois pour y arriver !

L'être humain, à commencer par le bébé, apprend en regardant et en communiquant avec les autres. Il faut un réél échange, il faut des parents attentifs, qui font des gestes exagérés, de grands sourires et qui regardent leur enfant au fond des yeux. Il y a un dialogue entre le bébé et le parent, tout comme le professeur peut voir quel étudiant est perdu mais n'ose pas poser de questions.

Malheureusement, je me rends compte que je dois nuancer mon discours à cause d'un problème qui touche énormément de jeunes mais également de plus en plus d'adultes. Je vois que mes étudiants ont de plus en plus de difficultés à se concentrer pendant deux heures sans toucher à un écran tactile ! Les gens ne savent plus se concentrer. Quand un étudiant veut décrire quelque chose aux autres, il sort une image depuis Internet. Quand il a besoin d'une info, il coupe le fil de la conversation et se plonge dans une recherche éffrénée sur Internet. L'info n'est pas importante mais il a besoin de savoir là et maintenant ! Il aura probablement oublié avant de rentrer chez lui.

Je vous concèdequand même un point : on a démontré que notre cerveau enregistre mieux une information quand il l'apprend par plaisir, alors pourquoi ne pas ponctuer la leçon de quelques jeux depuis un ordinateur ?

Mais tout cela m'énerve, je me dis que bientôt on fera la classe en s'envoyant des textos, le tout ponctué de selfies postés sur Facebook pour montrer combien on s'amuse !

Rédigé par Frenchteacher

Publié dans #POUR LES PROFS

Repost 0
Commenter cet article